Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Francis Reddy
Audio fil du samedi 29 avril 2017

André Desmarais s’indigne de la difficulté de lancer une petite ferme au Québec

Publié le

André Desmarais parle de sa ferme Des Quatre-Temps à « On n'est pas sorti de l'auberge »
André Desmarais parle de sa ferme Des Quatre-Temps à « On n'est pas sorti de l'auberge »   Photo : Radio-Canada / Cécile Gladel

« Je ne suis pas comme le président Trump, je ne pensais pas que ça allait être facile », dit le président délégué du conseil, président et cochef de la direction de Power Corporation, André Desmarais, qui effectue depuis deux ans un retour à la terre et apprend le métier de fermier. Avec la fondation de la Ferme des Quatre-Temps, il veut révolutionner le monde de l'agriculture au Québec en le rendant accessible à tout le monde grâce à de petites fermes biologiques qui reprennent des pratiques agricoles traditionnelles.

Si André Desmarais s’indigne des bâtons qu’on lui met dans les roues, il ne veut pas que les gens pensent qu’il a la solution à tout. « Je ne suis pas là pour détruire le MAPAQ [ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec] ou le système. » Il espère que son expérience permettra au système de s’améliorer pour donner l'occasion à de petites fermes de prospérer. Les difficultés qu’il rencontre ne le découragent pas. « Je suis un drôle de gars : moi, les obstacles, ça m'excite. [...] On n’apprend pas quand c’est facile. Peut-être que ça permettra au MAPAQ de changer. Toute l’idée est qu’un fermier puisse faire 100 000 $ », ajoute André Desmarais.

Il raconte avoir été influencé par M. Rockefeller, décédé à 101 ans dernièrement, et on lui a conseillé de s’allier à Jean-Martin Fortier, propriétaire de la ferme les Jardins de la Grelinette et auteur du livre Le jardinier-maraîcher, qui est maintenant l’un des employés de la ferme. « Il était loin d’être convaincu quand il m’a vu arriver avec mon projet; le grand riche qui veut avoir sa ferme, mais on s’est assis et on a discuté. »

André Desmarais en entrevue à « On n'est pas sorti de l'auberge » avec Marc Séguin
André Desmarais en entrevue à « On n'est pas sorti de l'auberge » avec Marc Séguin Photo : Radio-Canada/Cécile Gladel

Plusieurs fermes au Québec et en Ontario
La Ferme des Quatre-Temps est située sur une terre de 160 acres à Hemmingford, en Montérégie. On y cultive 40 légumes différents selon la méthode bio-intensive. On y trouve également des pâturages rotationnels intensifs pour les bœufs et les poules, des boisés pour les porcs qui y séjournent en rotation et un laboratoire ferme-cuisine pour la transformation de produits alimentaires.

« C’est très important de s’assurer que des aliments sont locaux, car ils sont purs », dit André Desmarais. Ses projets ne s’arrêtent pas à la Ferme des Quatre-Temps. Il veut aussi créer une ferme éducative à Toronto et une autre à Port-au-Persil, dans Charlevoix. C’est dans une région plus éloignée, au nord, mais grâce à des serres, la saison de culture peut être rallongée. L’avantage, c’est que la plupart des champs sont entourés de forêts qui protègent les cultures contre la propagation de semences OGM. De plus, ce sont des terres qui ont été abandonnées depuis longtemps; elles ont donc pu se nettoyer des pesticides.

Un court extrait vidéo de l'entrevue d'André Desmarais

 

Un documentaire sur l’agriculture par Marc Séguin
Quand son voisin André Desmarais lui a parlé des difficultés qu’il rencontrait pour mener à bien son projet de ferme à petite échelle, le peintre et romancier Marc Séguin a eu l’idée de tourner un documentaire sur l'agriculture, qui sortira au mois d’août. Il raconte en entrevue ce qu'il a constaté lors de la réalisation de ce documentaire.

Des légumes bios à l’Institut de cardiologie
Depuis un peu plus d’un an, les employés et les visiteurs de la cafétéria de l’Institut de cardiologie de Montréal mangent les légumes biologiques de la ferme d’André Desmarais. Le directeur de la prévention et cardiologue Martin Juneau et la chef du service d’alimentation de l’Institut, Judith Bourcier, font le bilan de cet essai qui est très positif, malgré les coûts plus élevés et les défis de manutention. Entre autres, ils racontent que la consommation de légumes a augmenté de 30 %.

Marc Séguin, Martin Juneau, André Desmarais et Judith Bourcier
Marc Séguin, Martin Juneau, André Desmarais et Judith Bourcier Photo : Radio-Canada/Cécile Gladel

Chargement en cours