•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrêter de commenter le poids des gens

On n'est pas sorti de l'auberge

Arrêter de commenter le poids des gens

Audio fil du 12 novembre 2016
L'organisme Équilibre propose de changer nos commentaires par rapport au poids. Francis Reddy s'est prêté à l'exercice.

L'organisme Équilibre propose de changer nos commentaires par rapport au poids. Francis Reddy s'est prêté à l'exercice.

Photo : Radio-Canada / Cécile Gladel

Arna Yr Jónsdóttir, Miss Islande, a quitté un concours de beauté, car l'organisateur voulait qu'elle perde du poids. Ce geste a marqué la nutritionniste Hélène Laurendeau qui nous encourage à ne plus commenter le poids des gens, peu importe leur type de corps.

« Je suis convaincue que nous, comme adultes, on passe des commentaires à voix haute sur notre poids, sur le poids des autres. On regarde quelqu’un dans un restaurant, dans un film, on dit : "Regarde-la donc elle avec son gâteau au chocolat, elle a dû en manger, puis ce n’est pas son premier, elle peut bien être grosse..." Des commentaires comme ça qui sont omniprésents dans notre environnement, c’est ce que le groupe ÉquiLibre (Nouvelle fenêtre) a voulu souligner », raconte Hélène Laurendeau.

Cet organisme organise la semaine Le poids? Sans commentaire!, qui en était à sa cinquième année cette semaine. L'événement s'adresse spécialement aux parents et aux adultes, et vise à faire réfléchir aux répercussions de nos commentaires sur le poids émis en présence d’enfants, ou directement aux enfants. Des jugements qu’on porte sur l’apparence, qu’on se permet de dire à haute voix et qui font partie de notre quotidien.

L’École supérieure de ballet du Québec a lancé son premier guide de nutrition pour les danseurs : Manger, danser, se surpasser (Nouvelle fenêtre), offert au coût de 15 $.  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi