Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du mardi 5 mars 2019

Michael Jackson : « Ce n'est pas parce qu'on est un génie créatif qu'on n'est pas pédophile »

Publié le

L'homme est accroupit pour se mettre à la hauteur de l'enfant.
Une photo de Michael Jackson et Wade Robson qui avait 5 ans   Photo : HBO

Le documentaire Leaving Neverland, dans lequel témoignent deux présumées victimes, est accablant pour Michael Jackson. Les propos qui y sont tenus sont si troublants, qu'on se demande comment toute une industrie a pu fermer les yeux sur les comportements de l'artiste aussi longtemps. Ce film détrônera-t-il le roi de la pop? Martine St-Victor, stratège en communications, et Preach, humoriste et professeur de danse, exposent les nuances de gris de cette affaire.

Dans le documentaire de Dan Reed, les deux présumées victimes, James Safechuck et Wade Robson, racontent leur relation respective avec Michael Jackson et les abus sexuels qu'il aurait commis, qui ont débuté quand ils avaient 7 et 10 ans. La diffusion du film a eu l'effet d'une bombe, ébranlant fortement le piédestal sur lequel repose le roi de la pop.

D'un côté se trouvent ceux qui doutent des témoignages des deux jeunes hommes. Wade Robson avait déjà affirmé lors d'un procès ne pas avoir été molesté par Michael Jackson. Or, rappelle Martine St-Victor, la première fois qu’il a témoigné, il n'avait que 11 ans. « Il a rencontré Michael Jackson quand il avait 7 ans. Imaginez, à 11 ans, on te dit : "Ou bien tu dis la vérité, ou bien du mens et tu protèges cette superstar." Oui, il s’est parjuré, reconnaît-elle, mais la beauté de ce documentaire et de l'entrevue avec Oprah est que l'on comprend le contexte derrière [son mensonge]. »

Ce que le mouvement #MeToo a fait pour nous collectivement, c’est de nous aider à comprendre comment se passe l’abus, ainsi que l’importance d’écouter d’abord et avant tout la personne qui a été victime.

Martine St-Victor

Son héritage artistique est-il souillé?
« Dès qu’il y a des allégations, qu’elles soient vraies ou fausses, la réputation est entachée », affirme Preach. En tant que DJ, il ne se permettra plus de faire jouer les chansons de Michael Jackson dans les combats de danse qu'il organise. Son opinion est toutefois différente pour ce qui est du fameux moonwalk, si fortement associé à Michael Jackson, et de ses autres mouvements de danse, qu'il n'a pas créés, mais plutôt empruntés.

Je peux utiliser ce mouvement [le moonwalk] et dormir sur mes deux oreilles, parce que je connais l’histoire. Je sais que ce mouvement-là ne lui appartient pas. Il l’a emprunté, comme Madonna a emprunté le voguing.

Preach, professeur de danse

« Michael, c’est quelqu’un qui a tellement influencé de gens qu’on écoute et qu’on aime aujourd’hui, observe Martine St-Victor, que son influence, on va continuer à l’entendre et à la voir pour des décennies à venir. » Elle cite en exemple la décision de plusieurs stations de radio de cesser la diffusion de ses chansons. « Ça, c’est de la "comm", affirme-t-elle. Il n’y a personne qui a besoin que Michael Jackson joue à la radio. Il a vendu 750 millions d’albums. Tout le monde a ses chansons dans son iPod ou sa discographie. »

Au-delà de l'écoute individuelle : l'industrie doit se questionner
Que les individus continuent d'écouter ses chansons ou non, il reste que Michael Jackson trône au firmament de la célébrité, et surtout qu'il est payant. Est-ce que l'industrie de la musique et du spectacle le boycottera? « Ce qu'on voit avec l’affaire Weinstein par exemple, c'est que les films qu’il a produits jouent encore partout », remarque Martine St-Victor.

Le Cirque du Soleil aura une grosse question à se poser concernant le spectacle ONE, qui met en scène l'œuvre de Jackson. Le spectacle est maintenu pour l’instant. La question se pose également pour Quincy Jones, qui prépare un spectacle hommage pour les 10 ans de la mort de l'artiste qui devrait être présenté à Londres en juin.

Une difficile conversation pour les communautés noires
Les accusations portées contre Michael Jackson provoquent une difficile conversation pour les communautés afro-américaines, qui voient chuter un de leurs plus grands héros. Il y a pour plusieurs un réel deuil à faire de voir une icône ayant pu les inspirer tomber dans la disgrâce.

Cela n'empêche pas les gens de faire la part des choses et de voir toutes les nuances de gris de la situation : « Ce ne sont pas tous les Noirs qui défendent Bill Cosby, R. Kelly, O.J. Simpson ou Michael Jackson. [Les défenseurs] gueulent plus fort, c'est tout ».

Personne ici ne remet en question le génie créatif de Michael. Ça ne l'empêche pas [d'avoir été] un pédophile.

Martine St-Victor

Chargement en cours