Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du mardi 6 novembre 2018

La musique francophone de l'Ouest à la conquête du pays

Publié le

Portrait de l'auteure-compositrice-interprète franco-manitobaine Rayannah.
L’auteure-compositrice-interprète franco-manitobaine Rayannah.   Photo : Manitoba Music

N'en déplaise à Denise Bombardier, les artistes francophones hors Québec sont bien présents, et ils sont même en mode séduction. De passage à Montréal pour le Coup de coeur francophone, l'auteure-compositrice-interprète franco-manitobaine Rayannah et le coordonnateur du développement de la musique francophone pour Manitoba Music, Joël Couture, viennent partager leur plan de conquête à Rebecca Makonnen.

Ils réagissent tous deux aux propos de Denise Bombardier, qui a déclaré péremptoirement à l'émission Tout le monde en parle que « à travers le Canada, toutes les communautés francophones ont à peu près disparu ».

Pour nous, une petite phrase comme [celle de Denise Bombardier] qui dit qu'on n'existe pas, ça ne passe pas dans le beurre. Pour nous ce n'est pas juste une phrase, c'est tout ce qu'on a vécu avant, c'est notre combat pour faire reconnaître notre langue.

Rayannah

Une culture distincte de celle de l'Acadie
S'ils admirent tout deux la façon dont les artistes acadiens ont réussi à conquérir le marché québécois, Rayannah et Joël Couture insiste que la culture musicale de l'Ouest canadien est différente. Elle a son propre écosystème, ses propres référents, son style propre. « C'est le marché francophone le plus grand au pays, explique la chanteuse, c'est un public important que tous les artistes francophones aimeraient rejoindre. »

Elle cite Anique Granger et Geneviève Toupin comme deux artistes qui ont permis à la culture francophone de l'Ouest de se faire connaître au Québec, où elles se sont toutes deux installées. « Il reste beaucoup de travail à faire », reconnaît Joël Couture. « La prochaine étape serait de pouvoir rester dans l'Ouest et se faire connaître », conclut Rayannah.

Chargement en cours