Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Eugénie Lépine-Blondeau
Audio fil du mardi 17 avril 2018

L'art-thérapie selon Jim Carrey

Publié le

Un homme aux cheveux gris et au corps de baleine tient un micro à la main, dans un aquarium (dessin).
L'acteur Jim Carrey a dessiné le commentateur américain Sean Hannity dans un aquarium   Photo : Jim Carrey / Twitter

« C'est puéril, mais c'est amusant quand même », remarque l'artiste multidisciplinaire Mathieu St-Onge à propos des toiles de Jim Carrey. Selon lui, l'acteur canadien bien connu pour ses rôles comiques se sert de la peinture pour révéler son intériorité et affronter une dépression.

Si Jim Carrey s’adonne à la peinture depuis quelques années, il publie ces jours-ci sur Twitter des photos de ses plus récentes oeuvres à saveur politique qui caricaturent le président américain Donald Trump et son entourage, et critiquent l’actualité marquante.

Le processus thérapeutique avant tout
Selon Mathieu St-Onge, Jim Carrey a le luxe de peindre ce qu’il veut et d’exprimer ce qu’il ressent sans la pression de l’acceptation du milieu. « Comme c’est de l’art-thérapie, il ne faut pas juger le produit [...], c’est le geste qui est important », mentionne-t-il.

Dur de juger
Il admet qu’il est alors difficile d’émettre une opinion objective sur la qualité des œuvres lorsque leurs auteurs les produisent pour passer à travers des moments difficiles. « Il s’extériorise l’intérieur avec des couleurs », résume Mathieu St-Onge, qui reconnaît cependant que Jim Carrey semble se donner entièrement pour son art et croit que c’est à cela qu’on reconnaît un artiste.

Le fait que Jim Carrey rende accessibles ses toiles en les montrant sur le réseau social Twitter fait en sorte « qu’il y a toujours quelqu’un pour trouver ça beau quelque part », souligne-t-il.

Chargement en cours