Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du lundi 5 février 2018

Afroféminisme à l'écran : les femmes noires prennent le micro

Publié le

L'affiche du film afroféministe Ouvrir la voix, d'Amandine Gay.
Dans Ouvrir la voix, Amandine Gay a donné la parole à 24 femmes noires, qui racontent leur réalité.   Photo : Société de production Bras de Fer

« On ne se demande jamais si les films des Blancs sont universels ou pas », fait valoir Amandine Gay, réalisatrice du film Ouvrir la voix, dans lequel 24 femmes noires témoignent des préjugés auxquels elles sont confrontées. En compagnie de Gabrielle Kinté, fondatrice de la Librairie Racines, elle explique qu'il est important de créer des modèles pour les plus jeunes, mais aussi de parler de la réalité des femmes noires à tout le monde.

« J’espère bien qu’on n’est pas à ce degré de racisme que quand on voit d’autres femmes ou d’autres êtres humains qui ne nous ressemblent pas, on n’y retrouve pas notre humanité », souligne d’ailleurs la réalisatrice, qui plaide pour une meilleure représentation des femmes noires au cinéma, soit par un plus grand nombre de réalisatrices noires.

Réalité universelle
À la suite du visionnement du documentaire, Gabrielle Kinté constate que les réalités des femmes noires se ressemblent partout dans le monde. « Ma crainte, c’est qu’on regarde ce documentaire et qu’on se dise : "Ça se passe en France. Ici, ce n’est pas comme ça!" » souligne-t-elle, même si elle considère que le film Ouvrir la voix est un outil d’éducation intéressant.

Ouvrir la voix prendra l'affiche à Montréal le 9 février 2017.

Chargement en cours