•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On dira ce qu'on voudra

Avec Rebecca Makonnen

Du lundi au jeudi de 20 h 30 à 21 h
(en rediffusion du mardi du vendredi à 00 h 30)

Elisapie et son éternelle quête d’espace

Selfie de la chanteuse Elisapie Isaac.

Depuis sa banlieue d'adoption, Elisapie nous offre deux magnifiques interprétations acoustiques avec la complicité de Jean-Sébastien Williams.

Photo : Gracieuseté Elisapie

« Je me sens totalement enfermée. Je suis quelqu'un qui a besoin de beaucoup d'espace. Avec trois enfants, je peux être angoissée, même si j'ai l'air très calme... » Elisapie Isaac, habituée à la vie de tournée depuis deux ans, avoue trouver plutôt difficile le confinement qu'elle vit dans sa petite maison de banlieue avec son amoureux et ses trois enfants. Au micro d'On dira ce qu'on voudra, l'auteure-compositrice-interprète fait part de ses réflexions sur le déracinement, la place des femmes et la diversité.

{Rediffusion du 4 juin 2020}

Elisapie raconte avoir trouvé du réconfort auprès des mots de Dany Laferrière dans son livre L’énigme du retour, paru en 2009. Elle a été très touchée par cette lecture, qui parle du sentiment d’être déraciné, et de cette solitude qui vient avec l'exil.

« Quand j’ai quitté [le Grand Nord] pour Montréal, j’ai laissé ma mère qui était malade, avec tout ce sentiment de culpabilité que j’ai vécu très longtemps. Je ne savais pas comment donner de l’amour, parce que j’avais quitté. Et je ne savais pas comment me faire donner de l’amour, car j’avais trop de trucs à régler », dit-elle.

Aujourd’hui, la chanteuse se sent forte, tout en assumant sa fragilité, et elle encourage les femmes à faire de même. « On a toutes cette force en nous, et on doit arrêter de s’excuser en tant que femme. »

Elisapie conclut l’entrevue en faisant un appel à l’inclusion de la diversité dans la culture et dans notre société. « Il faut nous inclure partout, les communautés noires, les communautés autochtones. On a fait beaucoup de pas, mais il manque encore d’actions concrètes. Il faut réellement changer ça. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi