•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

On dira ce qu'on voudra

Avec Rebecca Makonnen

Du lundi au jeudi de 20 h 30 à 21 h
(en rediffusion du mardi du vendredi à 00 h 30)

Dépolariser l'héritage artistique de Michael Jackson par la danse

Audio fil du mardi 15 octobre 2019
Une femme déclinée en trois photos.

Marie Mougeolle pour son spectacle « Quand je serai grande, je serai (guitariste de) Michael Jackson »

Photo : Josée Lecompte

« Jackson est fascinant, car il est à la fois une figure idéale et à la fois une figure absolument monstrueuse. » La chorégraphe et interprète Marie Mougeolle propose une réinterprétation de l'univers gestuel du roi de la pop dans son spectacle Quand je serai grande, je serai (guitariste de) Michael Jackson. Fascinée depuis son enfance par l'interprète de Beat It, elle s'interroge sur l'héritage de cette star déchue plutôt que d'ignorer complètement ses influences.

C’est [le monstre et la figure idéalisée] qui coexistent totalement et qui sont amalgamés chez lui qui le rendent fascinant. […] On ne peut pas faire comme s’il n’existait pas. Je trouve ça porteur de confronter cette figure.

Marie Mougeolle

Description de Quand je serai grande, je serai (guitariste de) Michael Jackson :

Dans ce solo, Marie Mougeolle s’empare de l’univers de Michael Jackson comme moteur de création et se penche sur sa pratique hybride de musicien-danseur à la présence scénique inouïe. Dans un paysage lunaire modelé par le son, elle se transforme en créature mouvante qui révèle le potentiel de métamorphose du chanteur. La duplicité du personnage, entre icône et monstruosité, la fait naviguer à travers sa propre complexité. Un objet songeur et un peu rockeur, à la fois intime et percutant.

Le spectacle sera présenté à Tangente (Nouvelle fenêtre) du 24 au 27 octobre.

.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi