Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du lundi 27 mai 2019

Dive, le nouveau microalbum de Milk & Bone : une douce introspection en toute légèreté

Publié le

À gauche : portrait de Laurence Lafond-Beaulne et Camille Poliquin sur fond lilas. À droite : pochette du EP « Dive ».
Le duo Milk & Bone, constitué de Laurence Lafond-Beaulne et Camille Poliquin, a lancé un EP de quatre chansons intitulé « Dive ».   Photo : Oumayma Ben Tanfous / Bonsound

Le microalbum du duo compte quatre nouveaux titres dans la continuité du style électropop et des magnifiques harmonies vocales qui ont fait la renommée du duo. Bien qu'elles y offrent des chansons introspectives, Laurence Lafond-Beaulne et Camille Poliquin l'ont composé spontanément et naturellement. Plongée dans leur processus créatif.

Les deux autrices-compositrices-interprètes racontent avoir écrit les quatre chansons du microalbum en seulement quatre jours. « C’est un peu comme une surprise pour nous. Tout a été super vite, rien de prévu, rien de planifié, tout ça est arrivé par soi-même », raconte Laurence Lafond-Beaulne. Le processus s'est déroulé sans pression, avec une légèreté qui a fait du bien au duo.

Il y a plusieurs choses sur ce [microalbum]. Il y a des chansons très nostalgiques des années d’adolescence, de l'insouciance de cette époque, et aussi un désir d'introspection, de connecter avec les vraies affaires et d'arrêter de porter des masques.

Laurence Lafond-Beaulne

Faire tomber les tabous
L'introspection est l'occasion pour Camille Poliquin de revenir sur les problèmes de santé mentale auxquels elle a fait face par le passé. « Quand j'en ai parlé publiquement, la réaction a été vraiment forte, constate-t-elle. Quand je suis sortie de ma détresse, j’ai juste voulu en parler naturellement, et je me suis rendue compte que c'était encore beaucoup plus tabou que je le croyais. »

J’aimerais juste ça qu’on puisse parler de santé mentale de manière plus ouverte.

Camille Poliquin

Chargement en cours