Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du mardi 15 janvier 2019

Le patrimoine kitsch du Québec répertorié dans une carte interactive

Publié le

La cantine Ben Lalaine de soir, toute illuminée de néons.
La cantine Ben Lalaine dans le coin de Granby.   Photo : Patrimoine Kitsch

De la cantine Chez Ben au boulevard Taschereau dans son entièreté, les lieux kitschs parsèment le territoire québécois, passant parfois sous le radar. La nouvelle carte interactive Patrimoine Kitsch Québec les repertorie, avec moults photos surchargées à l'appui. Entrevue avec les deux amoureuses du kitsch derrière le projet, Roxanne Arsenault (alias Donzelle) et Caroline Dubuc.

La carte en ligne vise à répertorier les lieux kitsch du Québec : restaurants, bars, établissements d’hébergement et points de repère routiers. Les deux fondatrices l'ont lancée en inscrivant quelques lieux pour définir l'esthétique recherchée, puis ont lancé l'appel au public pour que chacun puisse y contribuer.

Le quétaine, c'est le mauvais goût, tout simplement. Le kitsch, quant à lui, se définit par des critères très spécifiques, précise Roxanne Arsenault :

  1. L'imitation de matières, de textures, d'objets;
  2. Le décalage des formes : une orange géante, un cornet surdimensionné, des éléphants minuscules, etc.;
  3. La surenchère en général : l'intensité, l'accumulation de couleurs, ce qui sature les sens;
  4. Les lieux immersifs, dans lesquels on rentre et on oublie notre quotidien;
  5. Peut s'y ajouter un élément de nostalgie, car ça réfère à des esthétiques des années 1950, 1960 et 1970.

Le kitsch, c'est une résistance à la standardisation.

Roxanne Arsenault

Caroline Dubuc, commissaire au design pour la Ville de Montréal, observe que dans les années 1950-70, il y avait davantage de liberté et de folie dans les décors, qui sont devenus de plus en plus génériques. Roxanne Arsenault, qui a fait une maîtrise en arts visuels sur l'esthétique kitsch, voit en ces lieux des témoins historiques de vagues d'immigration et de certains milieux socio-économiques.

PATRIMOINE KITSCH QUÉBEC

Une carte interactive pour répertorier le patrimoine kitsch du Québec. Consultez ou ajoutez sur la carte : restaurants, bars, hotels-motels et points de repère.

Chargement en cours