Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du mardi 11 décembre 2018

Trois balados qui célèbrent la culture noire

Publié le

Les logos des trois balados, avec un poing noir en arrière-plan.
The Nod (Gimlet), Ear Hustle et Le Tchip (Arte Radio)   Photo : Montage : Stéphanie Dufresne

Savez-vous ce qu'est un nod ou un tchip? Ce sont quelques éléments parmi tant d'autres des cultures noires. Un nombre croissant d'excellents balados explorent les réalités et célèbrent les cultures afrodescendantes sous toutes leurs coutures. Le chroniqueur et rappeur Jeanbart en présente trois parmi ses favoris.

1. THE NOD, GIMLET MEDIA

Le nod, c’est le petit signe de la tête qui se fait instinctivement entre personnes noires quand elles se croisent, principalement dans un milieu majoritairement blanc. Le balado aborde la culture noire à travers des sujets inédits dont on ne parle pas ailleurs. Les deux coanimateurs, Britanny Luse et Eric Eddings, se sont lancés dans le balado à l'origine de manière indépendante, avec For Colored Nerds, qu'ils décrivent comme « les conversations que les Noirs ont entre eux quand il n’y a pas de Blancs dans la pièce ». Ils ont ensuite été approchés par Gimlet Media, qui leur a donné les moyens de lancer The Nod, la version améliorée de For Colored Nerds.

Un épisode à découvrir : Playing the Race Cards
Dans cet épisode, Kate, la productrice de l'émission, vient présenter un jeu de cartes sur lequel elle est tombée, Trading Races. Le but du jeu : « outblack your opponent » (être plus noir que ses adversaires). Comment? Le jeu est constitué de 52 cartes représentant chacune une personne noire célèbre. Chaque joueur reçoit cinq cartes et doit choisir sa carte la plus forte afin de débattre de qui a le personnage « le plus black ». Qui est le plus « noir » entre Kanye, Oprah, Nelson Mandela, Martin Luther King et Michelle Obama, par exemple?

Découvrir The Nod

2. EAR HUSTLE

C’est le seul balado réalisé en milieu carcéral, par des détenus. En jargon de prison, Ear Hustle veut dire « eavesdropping » ou « écoute clandestine » en bon français. On y apprend toutes les facettes de la vie en prison, du point de vue des détenus de la prison de San Quentin, en Californie. Bien que seulement 6 % de la population californienne soit afro-américaine, en prison, c’est environ 30 % de la population qui l’est.

L’animateur et coproducteur, Earlonne Woods, purge une peine d’emprisonnement à vie, avec possibilité de libération après 31 ans. Le ton est vrai, honnête, souvent très drôle, mais parfois aussi très difficile. On en apprend sur toutes les facettes de la vie en prison, les lois écrites et non écrites. Par exemple, un détenu blanc ne va pas accepter un paquet de nouilles déjà ouvert s’il vient d’un détenu d’une autre race, sous peine de représailles. Personne n’est ouvertement gai à San Quentin, mais on entend quelques détenus qui acceptent de parler de la vie LGBTQ+ à l’intérieur.

Épisode à découvrir : Cellies
On nous y raconte ce que ça représente d'avoir un partenaire de cellule, quand celle-ci fait 4 pieds sur 9 pieds. Il est possible d'essayer de le choisir, de courtiser une personne avec qui l'on a des affinités afin de la convaincre d’être notre partenaire de cellule pour ne pas s’en faire imposer un. On entend même l’histoire d’un détenu qui s’est rendu compte qu’il ne connaissait pas vraiment son frère avant de l’avoir comme partenaire de cellule.

Découvrir Ear Hustle

3. LE TCHIP (ARTE RADIO)

Le tchip, c’est un mode d’expression assez courant chez les Antillais et les Africains. C’est quand on exprime sa désapprobation envers quelqu’un à l’aide d’un bruit de bouche. Le balado Le tchip, c’est trois trentenaires d’origines antillaises et africaines qui nous racontent leur expérience en tant que personnes noires. On parle ici de culture pop et de société, autant ce qui se fait en France qu’aux États-Unis, à travers la lentille afropop, un jeudi sur deux.

Épisode à découvrir : Un peu Mamadou, un peu Jean-Édouard

L'épisode récent Un peu Mamadou, un peu Jean-Édouard parle des fameux « gilets jaunes ». On y présente deux visions différentes du mouvement : le morceau Gilet Jaune de Kopp Johnson, qui a plus de 7 millions de visionnements en deux semaines, et un morceau très dansant, mais contrastant vraiment avec une vidéo relayée par Booba sur Instagram, d’un panafricaniste dans le métro qui fait un discours sur la provenance des richesses européennes.

Il y a un segment très touchant, qui parle de racialisation des personnes métisses aux États-Unis et en France. Ils parlent de LA goutte de sang noire, celle qui est suffisante pour qu'on ne soit plus blanc. Beyoncé est très claire, mais elle est noire, jamais blanche. Même chose pour Barack Obama. On parle de la façon dont c'est vécu par les personnes métissées, des problèmes d’identité que ça peut provoquer dans une vie.

Découvrir Le tchip
Les archives de l'émission sur Arte Radio

Chargement en cours