Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du mercredi 5 décembre 2018

C'est l'heure du retour non-ironique du Dave Matthews Band

Publié le

Le chanteur et guitariste Dave Matthews, du groupe Dave Matthews Band
Le chanteur et guitariste Dave Matthews, du groupe Dave Matthews Band   Photo : Associated Press / Amy Harris

Le Dave Matthews Band, qui a connu un succès phénoménal dans les années 1990 et 2000, foulera la scène du Centre Bell samedi à Montréal. Le groupe, honni des critiques et méprisé par de nombreux mélomanes, a joui récemment d'un surprenant regain d'intérêt et de coolness, notamment grâce au film Ladybird et aux reprises post-rock des Lillywhite Sessions par l'auteur-compositeur Ryley Walker. Est-il venu le temps de réhabilité le Dave Matthews Band? Le critique au Devoir Dominic Tardif croit que oui. Genre. Peut-être.

Dave Matthews Band, c'est le genre de groupe dont les fans échangent des bootlegs et s'obstinent fougueusement sur des forums de discussions, encore en 2018. Le groupe a flirté avec le mainstream au début de sa carrière, de la mi-90 jusqu'au début 2000, avant de continuer à évoluer essentiellement en marge de l'actualité musicale.

Un groupe qu'on aime détester
Si les amateurs sont fidèles et acharnés, les détesteurs le sont tout autant. Entrer « Hating Dave Matthews Band  » dans un moteur de recherche pousse la porte d'un inépuisable univers.

Pour le dire de façon sans doute trop simple, le Dave Matthews Band souffre d'une grave carence de coolitude, sa musique est un mélange assez insolite de jazz fusion et de musique pour adultes contemporains, probablement deux des genres les plus détestés de l'histoire de la musique au 21e siècle.

Dominic Tardif

De surcroît, ajoute le chroniqueur, les musiciens font preuve d'une grosse dose de virtuosité plutôt stérile, « la virtuosité ostentatoire est l'ennemi du cool dans le monde la musique indépendante ».

Si vos oreilles peuvent le supporter, voici un enregistrement des Lillywhite Sessions par le Dave Matthews Band :

Et la reprise folk par Ryley Walker, qui présentera sa propre version des Lillywhite Sessions au bar l'Esco à Montréal, en même temps que le vrai Dave Matthews Band foulera les planches du Centre Bell :

Chargement en cours