Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du lundi 26 février 2018

Julien Morissette n'en peut plus de Louis-Jean Cormier

Publié le

Le chanteur Louis-Jean Cormier reprend Pendant que de Gilles Vigneault à l'occasion de son spectacle intime au studio 12.
Le chanteur Louis-Jean Cormier reprend Pendant que de Gilles Vigneault   Photo : Radio-Canada

« Le peuple veut être entendu, alors je serai son porte-parole », déclare solennellement le réalisateur et animateur Julien Morissette avant d'entamer sa réflexion sur les choses qu'il déteste de Louis-Jean Cormier, un chouchou des Québécois. Un exercice qu'il a trouvé un brin plus difficile que les autres, d'autant plus que le principal concerné est venu le surprendre au milieu de sa tirade.

1- Il donne un surnom à sa foule. « Il personnalise sa foule, et en plus, il tutoie son public. [...] Et si vous avez écouté ma chronique "10 choses que je déteste de On dira ce qu’on voudra", vous savez que je déteste le tutoiement. »

2- Il refait vivre Karkwa... au Saguenay. « Et là, je me demande depuis quand est-ce qu’on met la culture de l’avant dans les régions? »

3- Il a une passion exagérée pour la lettre « K ». « [C'est] surprenant qu’il n’ait pas changé le C de Louis-Jean Cormier pour un K. »

4- Karkwa a vendu la chanson Le pyromane pour une publicité de Coca-Cola. Même si c’était il y a sept ans, les admirateurs ne leur pardonnent toujours pas ce geste, croit le chroniqueur.

5- Le passage de Louis-Jean Cormier à La voix a donné lieu à un festival de malaises. Julien Morissette n’est pas de ceux qui reprochent au chanteur de Karkwa d’avoir été coach à la populaire émission de TVA. Ce qu’il trouve déplorable, c’est sa réinterprétation de la chanson Tout le monde en même temps avec Marie-Mai et les finalistes de l'époque, Charlotte Cardin (qui oublie les paroles) et Jacynthe Veronneau (qui pousse un cri de chat). « On pouvait voir une chorégraphie [avec] des signes de paix géants [...], [ce qui semblait être] un genre de faux hommage aux manifs du printemps érable », se rappelle douloureusement le chroniqueur.

6- On lui doit cette chanson.

7- Il fait une utilisation excessive des onomatopées. « Louis-Jean est responsable des mélodies en voyelles qu’on trouve désormais partout dans la musique francophone », fait remarquer Julien Morissette.

8- Il a collaboré avec Fred Pellerin sur la bande sonore du film La guerre des tuques 3D.

9- Il inspire même les prénoms des Québécois. « Avec Louis-José Houde, Louis-Jean Cormier est responsable de la recrudescence des noms composés en "Louis" chez les enfants québécois. » Il y a même un Louis-Sven, recense le chroniqueur. Un fait inacceptable, selon lui.

10- « [Il] pourrait chanter n’importe quoi et ce serait bon, dit finalement Julien Morissette, même du Martine St-Clair. »

Louis-Jean Cormier surprend Julien Morissette en studio pendant la chronique!

Chargement en cours