Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du lundi 19 février 2018

Surmonter un deuil grâce aux jeux vidéo

Publié le

Images superposées d'une maison abandonnée et de ses alentours.
Le jeu vidéo «What Remains of Edith Finch» transpose avec sensibilité l'expérience du deuil dans la console.   Photo : FactMag

« Je cherchais des repères. Et là, enfin, j'avais un moyen », avance la recherchiste et amatrice de jeux vidéo Marianne Gauthier. Même si apprivoiser la mort n'est jamais une chose facile, plusieurs jeux vidéo permettent de l'aborder de façon lumineuse, soutient-elle. Elle-même bouleversée par un deuil particulièrement difficile, elle raconte comment certains jeux l'ont aidée à surmonter cette épreuve et propose quelques suggestions.

Dans le jeu What Remains of Edith Finch, la jeune protagoniste perd sa mère et devient l’unique survivante de la famille. Elle hérite alors de la maison familiale. Dans cette aventure d’à peine trois heures, le joueur découvre à travers chaque pièce, une parcelle du vécu des membres aujourd’hui décédés. « Dans ce jeu, ce que je trouve particulier, c’est que la mort devient le but. Alors que dans tous les autres jeux, c’est le contraire. On doit mourir pour avancer dans ce cas-là », explique la chroniqueuse.

Accepter l’inacceptable
That Dragon, Cancer a été créé par Amy et Ryan Green, qui ont perdu leur garçon à la suite d'une maladie incurable. Pour préparer leurs deux autres fils à la mort imminente de leur frère, ils ont construit un jeu inspiré des moments difficiles vécus avec leur enfant malade alors qu’il était à l’hôpital. Le joueur peut essayer de consoler l’enfant par différentes actions, mais la mort demeure inéluctable. « C’est pour canaliser leur peine et rendre un hommage à la vie de leur garçon qu’ils ont créé le jeu », commente Marianne Gauthier, tout en soulignant le caractère thérapeutique de celui-ci.

Jouer avec empathie
Certains jeux vidéo permettent également de faire comprendre aux autres ce que la personne endeuillée vit. Sensible aux enjeux de cyberdépendance, la chroniqueuse rappelle que ces jeux doivent rester un loisir et ne prétend pas qu’ils peuvent, à eux seuls, faire surmonter de dures épreuves. « Un jeu, aussi immersif et beau et émotif [qu’il soit ne] remplacera jamais une super bonne thérapie non plus », dit-elle en souriant.

Chargement en cours