•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jennifer Lopez et la redistribution des richesses, selon Mathieu Charlebois

On dira ce qu'on voudra

Avec Rebecca Makonnen

Du lundi au jeudi de 20 h 30 à 21 h
(en rediffusion du mardi du vendredi à 00 h 30)

Jennifer Lopez et la redistribution des richesses, selon Mathieu Charlebois

La femme chante avec un micro dans la main.

Jennifer Lopez en spectacle en Californie en 2014

Photo : Getty Images / Imeh Akpanudosen

« "Le matériel, ce n'est pas important. L'amour, c'est tout ce qui compte." C'est le genre de choses que tu dis en attendant que ton jet privé décolle. » Mathieu Charlebois, mélomane dans l'âme, moque un brin la chanson Love Don't Cost a Thing, de Jennifer Loper. Dans cet hymne à la simplicité, la chanteuse qui vaut 400 millions de dollars prétend que l'amour ne devrait rien coûter, une supercherie selon notre chroniqueur, qui lui conseille de revoir ses priorités matérielles.

Imaginez à quel point Jeff Bezos se comporterait autrement aujourd'hui, si toute son adolescence, on lui avait dit que le meilleur moyen de séduire Jennifer Lopez, c'était de payer ses employés convenablement. La chanson pourrait s'appeler My love don't cost a thing, but 18 dollars de l'heure and a plan d'assurance dentaire seems like the right thing to do.

Mathieu Charlebois

Le vidéoclip Love Don't Cost a Thing, de Jennifer Lopez :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi