•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lutte sans public? La WrestleMania l'a osée

On dira ce qu'on voudra

Avec Rebecca Makonnen

En semaine de 20 h 30 à 21 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 00 h 30)

La lutte sans public? La WrestleMania l'a osée

Des lutteurs et lutteuses posent avec un air hostile.

Les combattants de l’événement WrestleMania 2020

Photo : WWE

WrestleMania est un évènement culte de la lutte américaine qui se tient chaque année depuis plus de 30 ans devant des foules en liesse. Malgré le contexte de la COVID-19 et de la distanciation sociale, le grand patron de la WWE (World Wrestling Entertainment), Vince McMahon, tenait mordicus à ce que son gala ait lieu, et ce, même devant une foule absente. L'adorateur de lutte et journaliste Dominic Tardif résume cette saga qui s'apparente presque à du théâtre expérimental.

« Ça demeure difficile de s'investir dans un match sans public. Parce que ce que l'on cherche, comme fan de lutte, même si l'on sait que c'est scripté, c'est le moment où l'on oublie que c'est scripté. Et l'absence de public, c'est comme si ça nous rappelait sans cesse que tout ça est scripté. C'est comme si District 31 était tourné dans la cafétéria de Radio-Canada. » – Dominic Tardif

WrestleMania aurait dû se tenir à Tampa Bay devant plus de 70 000 amateurs et amatrices. Cette messe de la lutte n’a jamais été interrompue depuis 1985 et représente, pour la WWE, l’achèvement d’une année d’intrigues et de rebondissements.

L'un des moments forts de cette soirée mémorable :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi