•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>1917</em> et la surenchère des films de guerre

On dira ce qu'on voudra

Avec Rebecca Makonnen

Du lundi au jeudi de 20 h 30 à 21 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 00 h 30)

1917 et la surenchère des films de guerre

Un homme se tient debout dans une tranchée alors que les bombes éclatent tout autour.

Le film « 1917 », de Sam Mendes

Photo : DreamWorks SKG

La guerre comme thème cinématographique a été exploitée des milliers de fois à Hollywood : Full Metal Jacket, Platoon, Apocalypse now, Dunkerque, La mince ligne rouge... La liste est longue. Récemment, c'est le long métrage 1917, de Sam Mendes, qui fait couler de l'encre, notamment grâce à sa proposition esthétique époustouflante. Pourquoi continue-t-on à réinventer les films de guerre? On y réfléchit avec le réalisateur Rafaël Ouellet et l'animatrice Claudia Hébert.

La guerre est épuisée comme sujet et comme iconographie. On a vu la guerre sur l’eau, au sol, dans l’air, on a vu des guerres modernes, des guerres anciennes; un moment donné, si on veut renouveler le code, le langage, rendre ça frais, il faut trouver de nouvelles façons [de la présenter].

Rafaël Ouellet explique pourquoi Sam Mendes utilise des longs plans-séquences dans « 1917 »

La bande-annonce du film 1917 :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi