•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le climat politique engendre-t-il les films d'horreur?

On dira ce qu'on voudra

Avec Rebecca Makonnen

Du lundi au jeudi de 20 h 30 à 21 h
(en rediffusion du mardi au vendredi à 00 h 30)

Le climat politique engendre-t-il les films d'horreur?

Audio fil du lundi 7 octobre 2019
L'acteur Daniel Kaluuya, en train de pleurer dans une scène de « Get Out ».

L'acteur Daniel Kaluuya dans une scène de « Get Out »

Photo : Universal Pictures

Quel est le lien entre le climat politique et les films d'horreur? C'est la question que s'est posée l'équipe de la revue 24 images dans son tirage actuel. Son rédacteur en chef, Bruno Dequen, s'est penché sur ces cas bien particuliers où la réalité dépasse ou bien inspire la fiction. Pensons à Get Out, de Jordan Peele, qui expose le climat raciste aux États-Unis. Avec Us, son deuxième long métrage, le réalisateur est passé maître de l'épouvante politique.

Souvent le cinéma d’horreur n’a pas beaucoup de moyens, ça fait en sorte qu’ils n’ont pas souvent le choix de faire des trucs plus actuels. C’est rare les cinéastes d’horreurs qui ont le budget suffisant pour faire un film historique. Ils sont souvent ancrés dans leur époque et malgré eux, ils peuvent devenir politiques.

Bruno Dequen

La bande-annonce du film Get Out

Le numéro 192 de la revue 24 IMAGES porte sur « L’horreur politique (Nouvelle fenêtre) ».

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi