•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’étalement féminin (<em>womanspreading</em>) et l’art de prendre sa place

On dira ce qu'on voudra

Avec Rebecca Makonnen

Le samedi de 20 h à 21 h
(en rediffusion le dimanche à 2 h)

L’étalement féminin (womanspreading) et l’art de prendre sa place

Audio fil du mercredi 18 septembre 2019
La gymnaste Nadia Comaneci saute en faisant le grand écart.

Nadia Comaneci aux Jeux de Montréal

Photo : AP Photo

En réponse directe à l'étalement masculin (manspreading), ce terme qui désigne les hommes qui s'écartent allégrement les cuisses, des féministes américaines ont inventé le terme womanspreading. Cette tendance encourage les femmes à reprendre leur place et à gagner en confiance. Des designers comme Viktor & Rolf ont même poussé l'audace jusqu'à créer des robes en tulle immenses sur lesquelles on peut lire des messages comme « Laisse-moi tranquille » ou simplement « Non ». On en discute avec la rédactrice en chef du magazine Clin d'œil, Julie Buchinger.

Le womanspreading est le résultat de ces conjonctures : climat social favorisant l’expression de soi de la femme, un regain d’intérêt pour l’extravagance en mode, l’avènement des plateformes comme Instagram et un intérêt grandissant pour la fluidité des genres.

Julie Buchinger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi