Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du mercredi 21 décembre 2016

L’imposture des TED Talks

Publié le

Une capture d'écran de la conférence d'Amy Cuddy sur le web.
Une capture d'écran de la conférence d'Amy Cuddy sur le web.   Photo : TED Talks

Les Technology Entertainment and Design (TED) Talks sont des conférences, souvent offertes en ligne, où un orateur présente les conclusions aux allures messianiques de recherches sur la science et la créativité. Le concept attire des millions d'auditeurs, mais les histoires inspirantes qui y sont mises de l'avant ne sont pas toujours traitées de manière rigoureuse, considère Paul Journet.

Ce dernier explique que les conférences sur les inégalités sociales ou les sujets plus controversés sont victimes d’une quasi-censure. Au contraire, les sujets « psycho-pop » sont majoritairement mis de l’avant. Le problème avec certaines de ces conférences est que les conclusions scientifiques qu’elles tirent sont souvent inexactes ou grandement exagérées. Par exemple, dans le deuxième TED Talk le plus populaire de tous les temps, la conférencière Amy Cuddy, vante la « posture de pouvoir » (comme celle de Beyoncé ci-bas). Selon elle, cette posture aurait comme effet d’augmenter les chances de succès de quelqu’un qui manque de confiance. Le hic? La coauteure de cette étude, Dana Carney, a désavoué la réelle efficacité de cette posture.

La chanteuse Beyoncé adopte la « posture de pouvoir » vantée par Amy Cuddy.
La chanteuse Beyoncé adopte la «posture de pouvoir» vantée par Amy Cuddy.   Photo : Getty Images/Duane Prokop

Pour voir le TED Talk en question :

Pour le même effet, Paul Journet propose plutôt les Onion Talks, une version satyrique des TED Talks, qui ont au moins le mérite d’être drôles.

Chargement en cours