Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du lundi 17 juin 2019

« Je ne me défile pas quand je te dis je t'aime » : lettre d'amour à Julie Masse

Publié le

Portrait de Julie Masse, jeune, sur fond vert.
Julie Masse a conquis le Québec dans les années 1990.   Photo : Disques Victoire

Julie Masse a marqué le Québec des années 1990. À l'époque, elle connaissait un succès fou, vendait des centaines de milliers d'albums et était comparée favorablement à Céline Dion. Puis, un jour, elle a mis fin à tout ça. La semaine dernière, elle a effectué un retour en tant que choriste de Corey Hart, son mari, au Centre Bell. L'animatrice Émilie Perreault signe une lettre d'amour à celle qui a été une icône de sa jeunesse.

Extrait de la lettre d'amour d'Émilie Perreault à Julie Masse

Chère Julie,

je m’excuse d’avance pour cette lettre d’amour. Je m’excuse, parce que je sais que l’attention, tu n’aimes pas beaucoup ça, mais pour citer les mots du poète Manuel Tadros : « Moi, je me défile pas quand je te dis je t’aime. Je ne vais pas passer ma vie à cacher ma peine. »

Tu ne me connais pas, Julie. Toutefois, tu dois en croiser souvent, des gens comme moi, qui te regardent avec leurs yeux d'enfant de 8 ans. Dans ma petite mythologie, tu occupes cette place de l’idole de jeunesse. C’en est presque banal, sauf que normalement, c’est moi qui aurais dû me tanner en premier. Pas le contraire…

Ne t’inquiète pas, Julie, cette lettre d’amour n’est pas une longue liste de récriminations. Je ne suis pas ici pour faire le procès de ton départ.

En fait, je suis même admirative de l’audace que tu as eue un jour de cesser ta carrière. On va me dire que ton plan B était quand même alléchant : fonder une famille au soleil avec l’homme que tu aimes. Il reste que dans une société où le succès est une valeur cardinale, ce n’est pas anodin ce que tu as fait. Je dirais même que c’est peut-être le plus beau doigt d’honneur qui a été fait au showbiz.

« Va-t'en jusqu’au bout du monde, si c’est ton destin » pour citer Les idées noires. Mais t’en souviens-tu, Julie, des 400 000 albums que tu as vendus? T’en souviens-tu de tes succès radio? De ta belle voix juste et claire, de ta prosodie qui devait rendre fière ta professeure de chant, Lucille Dumont? T’en souviens-tu qu’à un moment dans les années 90, le public québécois te préférait à Céline Dion?

Des fois, j’ai peur que tu aies oublié.

Chargement en cours