Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du mercredi 29 mai 2019

Petit guide de la festivalière écolo, par Safia Nolin

Publié le

Une foule dans un festival de musique.
Le Festival Métro Métro propose une série de concerts sur l'esplanade du stade olympique de Montréal.   Photo : iStock / monkeybusinessimages

Alors que la saison des festivals s'amorce, de plus en plus de gens se demandent comment assister à ces événements d'envergure tout en minimisant leur impact sur l'environnement. Pour les mélomanes, promoteurs et artistes qui ont signé le Pacte pour la transition écologique (ou pas), nous avons demandé à Safia Nolin, grande écologiste dans son coeur et dans ses gestes, de concocter un petit guide de la festivalière écolo en cinq gestes concrets.

Le petit guide Safia de la festivalière écolo

1. Apporter sa gourde.
« Mais il faut penser à la vider avant, parce que sinon, ils voudront pas te laisser entrer, les maudits »

2. Faire du covoiturage pour les festivals à l’extérieur de la région où tu vis.
« Cool expérience d’être squeezée dans un char à cinq pour monter à Rouyn! Tu rencontres plein de gens qui sont un peu weird mais attachants. »

3. Mettre de la pression sur les organisateurs des festivals pour qu'ils adoptent des comportements plus écologiques.
« Tels que le compost, les verres de bière réutilisables, où cesser de vendre des bouteilles d’eau en plastique. Je suis du genre à utiliser la section " Contactez-nous " sur les sites web, je vous invite à faire la même chose. »

4. Ne pas acheter de nouveaux vêtements, sacs, lunettes pour être swag aux festivals.
« Ce conseil s'adresse tout particulièrement aux Osheaguiens et Osheaguiennes. Les gens, vous êtes beaux, vous avez pas besoin d’un nouveau kit à chaque occasion. Ça c’est audacieux, je trouve, parce qu’on sait que plusieurs artistes font de l’argent grâce à la vente de marchandise. »

5. Ne plus aller dans des festivals qui programment des artistes ou dont un membre de l’organisation est accusé d’inconduite sexuelle.
« Être un agresseur, ça pollue. »

Chargement en cours