Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du mercredi 15 mai 2019

The Leotards, le retour inattendu de pionniers du new wave québécois

Publié le

Photo en noir et blanc des deux hommes avec des lunettes soleil extravagantes et des moustaches.
Yvan Lejeune et Bob Side du groupe « The Leotards »   Photo : Sébastien Desrosiers / Les Disques du Trésor National

Au début des années 80, le Québec a mis un certain temps avant d'embarquer dans la vague du new wave. Cependant, The Leotards de Montréal, un groupe de pionniers passé complètement inaperçu à l'époque, voit son unique 45 tours remis sur le marché par une nouvelle maison de disques, Trésor National.

Un texte de Félix B. Desfossés

Pionniers rock de génération en génération
L’histoire débute étrangement avec André Lejeune, folkloriste très populaire au Québec durant les années 70, mais aussi pionnier du rock’n’roll francophone. Dès 1957, il composait et enregistrait ses propres chansons de rock’n’roll en français.

Des années plus tard, son fils Yvan Lejeune va lui aussi devenir pionnier local d’un nouveau style de rock, soit le new wave, en 1980.

Après avoir joué du rock progressif au cours des années 70, Yvan s’adjoint de Robert Côté, dit Bob Side, pour former le groupe The Leotards.

Dès le départ, le patriarche Lejeune appuie le projet. C’est lui qui va produire leur seul et unique 45 tours. En effet, André Lejeune était propriétaire des disques Colibri à cette époque. Cependant, lancer un 45 tours de new wave sur un label nommé Colibri… ça aurait détonné. M. Lejeune crée donc une nouvelle étiquette baptisée FLUO!

En octobre 1980, le simple sur lequel se retrouvent les chansons Suicide Lover en face A et Runaway Bridge en face B paraît sur le marché en deux éditions, l’une en anglais et l’autre en français (Je te veux / Le Pont).

La chanson qui se fait remarquer le plus est Suicide Lover. Elle raconte une étrange histoire de prostitution au masculin et d’infiltration policière!

A priori, la carrière des Leotards semble sur une belle lancée avec ce 45 tours. Le duo s’organise une tournée du Québec pour en faire la promotion et arrive même à décrocher deux engagements à la télévision dès le mois suivant le lancement du disque, soit en novembre 1980. Ils donnent des prestations aux émissions Et ça tourne puis Jeunesse Express.

Déconfiture
Pour un groupe de musique pas exactement pop, c’est un fait remarquable de passer à la télé au début des eighties. C’est même un départ canon. Cependant, la musique new wave n’est pas vraiment encore arrivée au Québec, à tout le moins, pas chez les grands noms du show-business. Il y a bel et bien des groupes de new wave venus l’extérieur qui jouent ici et dont les succès commerciaux tournent à la radio, mais pour l’essentiel de l’industrie musicale, début 1980, on se trouve encore sur la fin de la vague des musiques folk et hippie identitaires. The Leotards font partie d’une première vague de pionniers de ce nouveau son.

Mauvais tour du destin ou tentative trop hâtive, malgré la belle lancée qu’ils connaissent, la mayonnaise ne prend pas pour The Leotards. En janvier 1981, environ trois mois après le lancement du 45 tours, CHOM FM à Montréal est la seule radio à avoir démontré un intérêt pour le groupe. La station présente même la chanson Suicide Lover au public et demande aux auditeurs de voter à savoir si cette pièce devrait entrer rotation régulière. Mais à cette époque, on place toujours deux pièces en compétition l’une contre l’autre pour déterminer l’artiste qui verra sa chanson tourner à CHOM. Le compétiteur des Leotards est Phil Collins avec Something in the air tonight…The Leotards perdent ce match. Puis la tournée provinciale qui avait été prévue est annulée. Le groupe est tombé dans l’oubli.

Yvan Lejeune et Bob Side ont rapidement évolué vers un nouveau projet, toujours dans le new wave, mais un peu plus pop. Le groupe se nomme The Hubcaps et va connaître un certain succès.

Retour vers le futur
Avance rapide vers 2019. Il y a quelques mois, Martin Lamontagne, maniaque d’archives vidéo du Québec, numérise des bandes tirées des archives d’André Lejeune. C’est au cours de ce processus qu’il tombe sur les prestations des Leotards. Il sait qu’il vient de faire une belle découverte et contacte derechef des collectionneurs, dont Pascal Pilote, référence en new wave québécois et membre du duo Total Crap, puis Sébastien Desrosiers. Pascal a retrouvé le batteur de la formation et Sébastien a ramené l’histoire des Leotards à la surface avec son émission Mondo PQ.

Dans la foulée de ce retour à la surface, Bob Side découvre chez lui une pile de cent ving 45 tours des Leotards qui n’avaient pas été vendus à l’époque.

En avril 2019, à l’occasion du « record store day », Sébastien Desrosiers et son acolyte Victor Simoneau Helwani lancent une étiquette de disques nommée Trésor National avec laquelle ils remettent le 45 tours des Leotards sur le marché! Ils impriment une pochette cartonnée dans laquelle on peut découvrir l’histoire de la formation et en font parvenir des copies chez les disquaires spécialisés.

Même près de 40 ans après la sortie de leur unique 45 tours, The Leotards sont plus en vie que jamais!

Chargement en cours