Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Rebecca Makonnen
Audio fil du jeudi 17 janvier 2019

12 bonnes raisons de boire 12 mois par année, un billet d'humour de Jean-Sébastien Girard

Publié le

Portrait de Jean-Sébastien Girard avec un collage de verres d'alcool autour.
Jean-Sébastien Girard s'en «sacre de ton défi 28 jours sans alcool».   Photo : Montage à partir d'une photo de Lëa-Kim Châteauneuf

Chaque début d'année, c'est la même chose : après les excès, on cherche le retour du balancier. Le fameux défi 28 jours sans alcool fait de plus en plus d'adeptes, mais Jean-Sébastien Girard n'en fait pas partie. Celui qu'on n'a jamais vu refuser un verre de chablis Chez Roger célèbre en 12 gorgées de mauvaise foi le plaisir de boire sans se culpabiliser.

Avertissement : on ne sait pas combien de degrés il y avait dans le verre de Jean-Sébastien Girard, mais cette chronique en comporte deux.

1. Parce je suis « à boutte », de manière générale, des défis collectifs qui sont presque invariablement des prétextes à faire du marketing de soi.

Défis + Instagram = mélange insupportable!

ON. S’EN. SACRE de tes 28 jours sans alcool!
De ton mois sans viande!
De ta semaine sans gluten!
De ta journée zéro déchet!
Du nombre de kilomètres que tu parcours en joggant tous les matins!

Si t’as besoin de changer tes habitudes de vie, s’il est nécessaire que tu remettes en question ton rapport à ta consommation d’alcool ou de viande, t’as pas besoin d’un défi. T’as pas besoin de dates. T’es une grande personne. Règle ton problème à n’importe quel moment de l’année. Et surtout, n'en fais pas un objet de vantardise publique!

2. Parce que Jean-Philippe Wauthier est porte-parole du défi 28 jours sans alcool. Et que Jean-Philippe Wauthier, comme modèle pour mes habitudes de vie, c’est non.
En même temps, je suis un peu de mauvaise foi. Jean-Philippe Wauthier, pour promouvoir 28 jours sans boire, c’est pas si mal : surtout qu'il est souvent imbuvable.

3. Parce que le mois de février est déjà probablement le pire mois de l’année.
C’est plate, il fait froid, y’a pas de jour férié, y’a la sapristi de Saint-Valentin. Un mois de février sans alcool, ça me semble être comme une vie dans les souliers d’Olivier Niquet.

4. Parce que je n’ai pas envie de passer pour un alcoolique.
Boire du Coke ou du Perrier au resto, c’est clairement susciter les regards suspects autour de soi. « Ah, regarde, il boit du Perrier avec son steak, c’est clairement un AA abstinent. »

5. Parce que je n’ai pas envie de passer 28 jours sans avoir de rendez-vous galant! Parce qu’on sait tous qu’il n’y a rien de plus VIOLENT AU MONDE qu’un rendez-vous galant sans alcool. Ça fait mal physiquement!

Et d’ailleurs, quand une date te propose une première rencontre au... café Second Cup, PASSE TON TOUR! Reste seul. La pornographie n'a pas été inventée pour les chiens.

6. Je n’ai pas envie de passer un mois sans sexualidad!
Qui a ça dans la vie, de la sexualité, à jeun, à part les désaxés?

7. Parce que l’alcool c’est un formidable lubrifiant social!
On a tous des amis, de la famille, des collègues de travail… Comment pourrait-on supporter tout ce monde-là sans alcool? Je n’ose même pas y penser!

8. Parce que je n’ai pas envie de passer 28 jours sans être bilingue!
Comme bien du monde, je parle anglais seulement quand je suis saoul. Sans alcool, je ne peux pas communiquer avec des Américains, avec des millénariaux ou avec Anne-Marie Withenshaw.

9. Parce que je ne veux pas passer un mois à ne pas dire aux gens importants autour de moi que je les aime.
Car qui dit ça, à jeun, « Je t’aime »? Les faibles!

10. Parce que je ne veux pas devenir un curé.
Qu’est-ce qu’il y a de pire qu’un curé des années 1940 qui, du haut de sa chaire, drapé dans sa vertu, prononce des sermons sur ce qu’il sait mieux que quiconque être le bien et le mal? Quelqu’un qui cesse de boire. Je généralise bien sûr, mais combien d’anciens buveurs se sont transformés du jour au lendemain en évangélisateurs de la sobriété? Le dude buvait 40 verres par jours et hop, du jour au lendemain, il regarde de haut celui qui boit 3 verres par semaines! #SeChoisir

11. Parce que, à moins d’avoir un vrai problème d’alcool, je crois que ce n’est jamais une bonne idée de démoniser des aliments ou les boissons.
Y réfléchir, certes. Régler le problème quand c'en est est un, bien sûr. Mais TOUT arrêter un truc et y replonger ensuite, ça me semble être la meilleure manière de faire naître des rapports malsains face à cet objet de désir

12. Parce que j’aime m’engager, pendant tout le mois de février, à boire AU MOINS un verre de vin tous les soirs! Vous pourrez d’ailleurs en être témoins en regardant mes publications BOOMERANG sur INSTAGRAM dès le 1er février.

En conclusion : slaquons la rigueur et le contrôle à outrance.
La vie est courte! Fréquentons la démesure, le lâcher-prise et le plaisir.

Bonne année!

Chargement en cours