Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

On n’est pas sorti de l’auberge

Rebecca Makonnen

Audio fil du jeudi 15 novembre 2018

  • Le zine «Fru d'la plotte» avec des lettres découpées et une femme devant des dauphins.

    Les zines, un espace d'intimité radicale

    Les zines connaissent une popularité croissante. Autoéditées et fabriquées à la main, ces petites publications circulent sous le manteau, dans des circuits parallèles à l'industrie officielle du livre. Pour les artistes qui en publient et les communautés qui se les procurent, les zines offrent un espace d'expression de soi intime et radical, qui permet de livrer sans filtre des discours et de dévoiler des identités marginalisées. Voir la suite »

  • Portraits de Huguette Gaulin, Joséphine Bacon, Marie Uguay.

    3 poétesses dont on aimerait voir la vie célébrée dans un film

    Les poètes ne touchent par hasard pas au nu de la vie avec leurs mots : leur vie est souvent dense, parfois tragique. À l'occasion de la parution du long métrage biographique À tous ceux qui ne me lisent pas sur le poète québécois Yves Boisvert, le journaliste Dominic Tardif revendique davantage de poésie et de poètes au grand écran. Il exprime son rêve de voir la vie et l'œuvre de trois femmes poètes portées au grand écran : Huguette Gaulin et son incandescence tragique, Joséphine Bacon, avec sa langue innue et ses yeux perçants, et Marie Uguay, dont la splendeur est délicate. Voir la suite »

  • Sophie Bienvenu devant les bibliothèques de la librairie, avec un casque d'écoute et un micro.

    Écrire derrière les barreaux

    À bien des endroits dans le monde, prendre la plume pour écrire sa v.rité peut être une raison suffisante pour se retrouver emprisonné. L'auteure Sophie Bienvenu a été jumelée, sous les auspices du P.E.N. et d'Amnistie internationale, avec Afgan Mukhtarli, journaliste azéri réfugié en Géorgie. La correspondance qu'ils ont entretenue s'est révélée bouleversante. En cette Journée mondiale pour les écrivains en prison, elle témoigne de cette expérience et, avec sa gouaille habituelle, partage ses réflexions sur les prises de paroles qui bousculent. Voir la suite »

Chargement en cours