•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 et la génération sacrifiée

OK Boomer

Avec Nathalie Petrowski et Michel Lacombe

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

La COVID-19 et la génération sacrifiée

Une étudiante dans une chambre devant un ordinateur parle au téléphone.

Depuis neuf mois, de nombreux étudiants doivent passer de longues heures devant leurs écrans pour suivre leurs cours en ligne.

Photo : AFP via GETTY / OLIVIER DOULIERY

Détresse psychologique, anxiété, occasions ratées, chômage, rêves brisés, fatigue chronique... Est-ce que cette catastrophe engendrée par la COVID-19 marquera au fer rouge toute une génération? Peut-on même parler de la jeunesse comme d'une génération sacrifiée? Ce sont les questions que posent Nathalie Petrowski et Michel Lacombe à leurs invitées.

À l’émission :

La cégépienne Flora Bouchard a écrit dernièrement une lettre ouverte, un véritable cri du cœur, qui déplore la situation que vivent les étudiants qui doivent composer avec une éducation virtuelle.

Avoir des contacts et des échanges avec des collègues de travail et les enseignants stimule énormément notre façon d’apprendre. À distance, il n’y a pas de séparation entre notre milieu de travail et notre milieu de relaxation, ce qui crée un climat hyper anxiogène.

Flora Bouchard

Mélissa Généreux, médecin-conseil à la Direction de santé publique de l’Estrie et professeure à l’Université de Sherbrooke, évoque les différents maux qui accablent les jeunes sur le plan de la santé mentale et propose quelques trucs pour leur permettre de s'en sortir.

Il faut connecter son âme et son cœur, se recentrer sur soi-même, laisser de côté les tracas en lien avec la COVID, reprendre le contrôle sur soi, mieux comprendre ce qui se passe et ce qui s’en vient.

Mélissa Généreux

Fanny Britt, autrice et essayiste, réfléchit au lien entre la notion de privilège et la souffrance, tous les deux exacerbées par cette pandémie. Mère d’un adolescent qui fréquente le cégep à distance, elle déplore l’absence de lien communautaire entre lui et son école et craint les effets futurs sur son développement social.

Je pense que l’on fait fausse route quand on essaye de hiérarchiser la souffrance, car elle existe de toute manière [...] Dès que l’on se polarise les uns les autres, on se sépare.

Fanny Britt

Mia Homsy, présidente-directrice générale de l'Institut du Québec, donne quelques chiffres et statistiques qui démontrent que les jeunes sont les plus appauvris d'un point de vue économique par la pandémie.

De manière générale, les jeunes ont été beaucoup plus frappés tant par la première que par la deuxième vague […], puisque les secteurs les plus touchés sont la restauration, l’hébergement, la culture et les loisirs [secteurs qui engagent énormément de jeunes].

Mia Homsy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi