Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Karyne Lefebvre
Audio fil du mardi 14 août 2018

La courte échelle célèbre ses 40 ans de livres jeunesse

Publié le

Jiji et Pichou
La série Jiji et Pichou, qui voit le jour en 1976 sous la plume de Ginette Anfousse, marque les débuts de La courte échelle.   Photo : La série Jiji et Pichou de Ginette Anfousse / Groupe d’édition la courte échelle

À la fin des années 1970, La courte échelle a vu le jour alors qu'il ne se publiait qu'une vingtaine de livres jeunesse par année au Québec. Son fondateur et l'auteur de la série Ani Croche, Bertrand Gauthier, l'auteure Marie-Francine Hébert et la copropriétaire actuelle de l'entreprise, Mariève Talbot, racontent l'histoire de cette maison d'édition québécoise, la première de la province à se consacrer entièrement à la littérature jeunesse.

Les jeunes auteurs réunis autour de Bertrand Gauthier au moment de la fondation de La courte échelle désiraient faire une littérature québécoise alors que la majorité des livres jeunesse vendus venaient d’Europe.

On était sur la même longueur d’onde. On avait vécu la Révolution tranquille. Il y avait un élan de liberté et de nationalisme. On adorait la lecture. Il y avait un vide à combler. On s’est retrouvés comme une équipe, une famille.

Marie-Francine Hébert, auteure

Très vite, La courte échelle est devenue une maison d’édition incontournable, tant pour sa qualité que pour son originalité. Le livre-jeu Venir au monde, de Marie-Francine Hébert, a été l’un de ses plus gros succès, avec 150 000 exemplaires vendus.

Sauver La courte échelle de la faillite

En 2014, l’entreprise croulait sous les dettes. Mariève Talbot et son père, qui avait déjà été propriétaire de la librairie Champigny, s’en sont alors portés acquéreurs.

« Les gens ont un attachement sentimental à cette maison-là. [...] On voulait s’assurer que les auteurs restaient avec nous. » Mariève Talbot croit avoir réussi à rescaper La courte échelle en accordant de l’importance aux auteurs. Pour se démarquer, elle mise sur la publication de livres hybrides remplis d’illustrations, de romans graphiques et d’albums documentaires.

Nos invités
Bertrand Gauthier, auteur et fondateur des éditions La courte échelle, il a été président et actionnaire principal de cette maison d’édition jusqu’en 2000.
Marie-Francine Hébert, auteure de plusieurs albums et romans publiés à La courte échelle.
Mariève Talbot, propriétaire des éditions La courte échelle avec son père, Raymond Talbot, depuis décembre 2014

Bertrand Gauthier, Marie-Francine Hébert et Mariève Talbot répondent aux questions de Stéphane Leclair au studio 18 de Radio-Canada, à Montréal, le 14 août 2018.
Bertrand Gauthier, Marie-Francine Hébert et Mariève Talbot Photo : Radio-Canada/Mathieu Arsenault

Chargement en cours