•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le stress peut jouer un rôle dans la manifestation du zona

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Le stress peut jouer un rôle dans la manifestation du zona

Des plaques de zona apparaissent sur la peau d'une personne.

Le zona apparaît souvent chez des personnes qui ont plus de 60 ou 70 ans, souvent à la suite d'un affaiblissement du système immunitaire.

Photo : iStock

Les personnes qui ont déjà eu la varicelle peuvent connaître plus tard dans leur vie un épisode de zona, qui est en quelque sorte une réactivation de la varicelle, et le stress figure parmi les facteurs expliquant pourquoi le virus sort de sa dormance. Telle est l'observation de Maryse Guay, professeure titulaire à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke. « Notre système immunitaire réussit à calmer le virus, qui reste endormi, mais pour des raisons qu'on connaît moins bien – et là, le stress peut être un des facteurs déclencheurs –, il ressort et suit le trajet d'un nerf pour se manifester sous forme de zona », explique-t-elle.

Selon Maryse Guay, il est important de se faire vacciner très jeune contre la varicelle, car cela constitue un excellent rempart contre le zona. Aux personnes qui auraient contracté la varicelle pendant leur vie, elle suggère de privilégier le vaccin contre le zona à partir de la cinquantaine.

Le vaccin contre la varicelle, c’est pour les enfants. Les gens qui n'auront pas la varicelle ne pourront pas avoir le zona. Par contre, pour quelqu’un qui a déjà eu la varicelle en bas âge – ou même des adultes –, on recommande à partir de 50 ans la vaccination, justement pour éviter les épisodes de zona. Alors, ce sont deux vaccins différents qui combattent le même virus, mais avec des armes un peu différentes.

Maryse Guay, professeure titulaire à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi