•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coronavirus ne peut pas se retrouver dans votre eau potable, affirme une spécialiste

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

En reprise tout l'été
Du mardi au samedi de 1 h à 2 h

Le coronavirus ne peut pas se retrouver dans votre eau potable, affirme une spécialiste

De l'eau coule d'un robinet dans une cuisine.

Viviane Yargeau est catégorique : vous n'avez rien à craindre de votre eau potable.

Photo : iStock

« La problématique de la COVID-19 n'est pas une problématique d'eau potable. Ce n'est pas une façon par laquelle les gens pourraient être contaminés. [...] Donc, il n'y a pas de risque à consommer l'eau potable », affirme Viviane Yargeau, directrice du Département de génie chimique de l'Université McGill. Celle qui est membre du groupe consultatif de recherche du Réseau canadien de l'eau ajoute par ailleurs qu'il est hautement improbable que l'eau d'un lac ou d'une rivière soit un vecteur de propagation du coronavirus.

Viviane Yargeau explique que les méthodes employées présentement pour traiter l’eau potable au Québec et au Canada prennent déjà en compte le fait qu’il y a toujours des virus dans le liquide pris à la source. « Les méthodes qui sont utilisées désactivent ces virus-là et c’est pour ça qu’on a une eau qui est potable, explique-t-elle. Le coronavirus n’est pas différent des autres virus – il est différent dans les symptômes, dans la propagation, etc. –, mais pas dans sa sensibilité à ces méthodes de désinfection. »

Vous aimez ce genre de contenu? Découvrez-en d'autres dans la section « Coronavirus » de notre site.

La spécialiste se veut aussi rassurante quant au risque associé à la baignade dans un lac ou un autre plan d’eau naturel : « Il faudrait vraiment une très, très haute densité de gens infectés par le virus qui se baignent en même temps pour amener un apport significatif du virus dans cette eau-là pour contaminer d’autres gens qui pourraient se baigner dans le même cours d’eau ou le même lac. »

C’est plutôt la proximité des gens avec qui on pourrait se baigner qui serait plus problématique que l’eau en tant que telle comme vecteur de propagation de ce virus-là vers d’autres baigneurs.

Viviane Yargeau, directrice du Département de génie chimique de l'Université McGill

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi