•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Combattre la fièvre avec des médicaments, pas toujours la meilleure solution

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h et 2 h)

Combattre la fièvre avec des médicaments, pas toujours la meilleure solution

Une mère prend la température de sa fille malade.

La fièvre est définie par une température supérieure ou égale à 38,5 °C.

Photo : iStock

Pour de nombreuses personnes, le premier réflexe en cas de fièvre est de se jeter sur des ibuprofènes ou des acétaminophènes aux trois heures pour la faire tomber. Or, la fièvre a certains effets bénéfiques, et il n'est peut-être pas nécessaire de prendre systématiquement de tels médicaments pour l'éviter. Voilà ce qu'affirme Caroline Quach, professeure titulaire au Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l'Université de Montréal (UdeM), et pédiatre-microbiologiste-infectiologue au Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine.

Caroline Quach explique que les médicaments que nous prenons pour faire baisser la fièvre réduisent en partie l’efficacité de notre système immunitaire, qui, lui, réagit pour combattre les bactéries en augmentant la température du corps.

La fièvre nous aide à combattre nos infections.

Caroline Quach, professeure titulaire au Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l'UdeM et pédiatre-microbiologiste-infectiologue au CHU Sainte-Justine

Rappelons que la fièvre n’est pas une maladie, mais bel et bien un symptôme. Quand notre corps se bat contre une infection, qu’elle soit virale ou bactérienne, il augmente volontairement sa température interne pour combattre ledit virus ou ladite bactérie.

Vous aimez ce genre de contenu? Découvrez-en d'autres dans la section « Santé et corps humain » de notre site.

Dans la mesure du possible, Caroline Quach suggère d’éviter la prise de médicaments pour faire tomber la fièvre, car cela peut parfois avoir des effets pernicieux. La spécialiste affirme que bien souvent, les personnes fiévreuses qui prennent ces médicaments se présentent au travail ou à l’école en affirmant qu’elles se sentent mieux parce qu’elles ont réussi à réguler la température de leur corps, mais elles peuvent ainsi contaminer leurs collègues.

Caroline Quach concède cependant qu’il ne faut pas non plus laisser monter la fièvre pour ainsi tomber dans un état de délire. Elle doit être prise en charge lorsqu'elle est trop haute et quand elle est mal supportée. « On peut la laisser monter un peu, mais pas au-delà de 40 degrés », explique-t-elle. En haut d’un tel seuil, la fièvre peut avoir des effets néfastes pour les organes comme le foie, les poumons, le cerveau ou encore le cœur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi