•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aide humanitaire : le soutien psychologique, aussi important que les besoins primaires

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h et 2 h)

Aide humanitaire : le soutien psychologique, aussi important que les besoins primaires

Des civils d'Alep-Est, en Syrie, tentent d'attraper des sacs lors d'une distribution d'aide humanitaire.

L'aide humanitaire passe par la distribution de sacs de nourriture, certes, mais elle doit également passer par du soutien psychologique.

Photo : Reuters / Omar Sanadiki

« Ça fait partie de la catastrophe. Naturellement, les besoins primaires – la nourriture et la sécurité des gens – viennent immédiatement en haut de la liste, mais lorsque les gens souffrent et sont en détresse, il faut absolument s'occuper d'eux, parce que finalement, on n'ira pas loin dans la récupération d'une catastrophe si l'on ne s'occupe pas de notre santé mentale », dit Nicole Aubé, psychologue et ex-agente de santé mentale pour Médecins sans frontières. Celle qui a participé à 8 missions un peu partout sur la planète est catégorique : le soutien psychologique est primordial pour les populations victimes d'une catastrophe naturelle, d'une guerre ou d'une crise humanitaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi