•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Cyberattaque : le scénario d’un « 11 septembre numérique » pourrait se produire

Audio fil du lundi 23 septembre 2019
Une infographie montrant des réseaux de communications aux prises avec une cyberattaque.

Au cours des dernière années, de nombreuses cyberattaques ont causé des milliards de dollars de dommages dans le monde.

Photo : iStock

« Je pense que les risques sont présents. Avec une cyberattaque, on est en mesure de causer des dommages qui peuvent équivaloir à des dommages physiques qui seraient causés par une bombe », affirme Karine Pontbriand, chercheuse au Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle cite les exemples récents des virus WannaCry et NotPetya, qui ont causé des milliards de dommages matériels partout sur la planète, et du virus Stuxnet, qui a perturbé les activités du programme d'enrichissement nucléaire iranien en 2010.

Selon Karine Pontbriand, qui est également étudiante au doctorat à l’Université de New South Wales de Canberra, en Australie, c’est le virus Stuxnet qui a fait réaliser au monde entier les dangers potentiellement associés aux cyberattaques.

Depuis ce jour, on réalise qu’il y a des dommages physiques qui sont possibles, surtout quand on pense à toutes les infrastructures essentielles qui soutiennent nos économies modernes. [...] On peut imaginer qu’il y a des risques qui sont clairs et qu’il peut y avoir des dévastations mondiales, surtout à cause de la propagation des virus via l’interconnexion du cyberespace et d'Internet.

Karine Pontbriand, chercheuse au Groupe de recherche en cyberdiplomatie et cybersécurité de l'Université du Québec à Montréal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi