•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Vos données numériques anonymes sont très faciles à identifier, révèle une étude

Audio fil du jeudi 19 septembre 2019
Un schéma numérique montre des icônes menant à des données.

L'anonymisation des données personnelles serait un mythe, selon l'étude menée par Luc Rocher.

Photo : iStock

On présente depuis des dizaines d'années l'anonymisation des données numériques comme étant le rempart à tout problème lié à l'utilisation des données privées, mais il n'en est rien. C'est ce que révèle une récente étude publiée dans la revue Nature Communications. Luc Rocher, chercheur doctorant à l'Université catholique de Louvain en mathématiques appliquées, et directeur de l'étude, tire la sonnette d'alarme. « Il faut montrer que les techniques utilisées actuellement pour collecter et partager nos données personnelles ne sont pas suffisantes. Il faut mettre des standards plus rigoureux. »

Avec son équipe, Luc Rocher a mis au point un algorithme qui permet d’estimer, avec une précision incroyable, si certaines données qui ont été réidentifiées appartiennent à la bonne personne ou non. L’algorithme développé par l'équipe de recherche de l’Université catholique de Louvain est efficace dans 99,98 % des cas de réidentification.

Avec notre étude, on montre que l’entièreté des techniques [d'anonymisation] qui sont utilisées jusqu’ici ne sont pas assez robustes.

Luc Rocher, chercheur doctorant à l'Université catholique de Louvain en mathématiques appliquées

Selon Luc Rocher, de nouveaux procédés ou mécanismes de protection doivent impérativement être mis au point afin de réellement protéger l’anonymisation des données numériques de monsieur et madame Tout-le-Monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi