•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les métiers de l’avenir : certains travailleurs devront se réinventer

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h et 2 h)

Les métiers de l’avenir : certains travailleurs devront se réinventer

Audio fil du lundi 26 août 2019
Une tâche est effectuée par un robot dans une usine, sous le regard d'un employé.

Un ingénieur supervise l'automatisation d'une tâche dans une usine.

Photo : iStock

Éthicien de l'intelligence artificielle, hygiéniste de données, éducateur de robots : voilà quelques-uns des métiers du futur, selon ce qu'énumère Isabelle Rouhan, présidente du cabinet de recrutement Colibri Talent, dans un récent ouvrage. Au moment où l'automatisation et la révolution numérique touchent le monde du travail, il revient selon elle à la main-d'œuvre de s'ajuster.

« La thèse du livre, c'est de dire que chacun doit être acteur de son employabilité, qu'on aura plusieurs métiers dans notre vie. Je pense que c'est à chacun de se prendre en main, de se former régulièrement, et de se dire : "Qu'est-ce que j'aime faire? Dans quoi suis-je bon? Qu'est-ce qui va disparaître dans mon métier?" »

Selon Isabelle Rouhan, il faudra que les établissements d’enseignement et de formation s’ajustent eux aussi à la nouvelle réalité du monde du travail. Elle concède que cela représente un défi.

« Je pense que la première connaissance qu’il faut transmettre, en fait, c’est une connaissance d’agilité, c’est un savoir-faire d’agilité. Comme on va changer plusieurs fois de métier dans notre vie, et comme le métier qu’on va exercer dans 10 ans n’existe pas encore, ce qu’il faut, c’est accompagner les enfants, et plus tard les adultes, tout au long de leur vie, de façon à ce qu’ils aient cette capacité à être agiles, à se remettre en question, à se reformer s’il le faut. »

Il est loin, le temps où les métiers et les savoir-faire avaient une très longue durée de vie, selon Isabelle Rouhan. Par exemple, des compétences techniques qui avaient une durée de vie de 40 ans dans les années 1970 en ont maintenant une de 12 à 18 mois, d'où l'importance de se réinventer et d'explorer le potentiel des savoir-être.

« C’est extrêmement rapide et volatile. Du coup, ça oblige à se reformer régulièrement pour des savoir-faire techniques. Par contre, on peut mettre à profit d'autres compétences : les savoir-être. Ces compétences sont permanentes et durables. Le fait de savoir faire travailler les gens ensemble, de savoir les diriger, de savoir comment les faire approcher du même objectif, ça, c’est des choses qui sont pérennes », affirme la présidente du cabinet de recrutement Colibri Talent.

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi