•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La science dans la série <em>Chernobyl&nbsp;</em>: il faut démêler le vrai du faux

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h et 2 h)

La science dans la série Chernobyl : il faut démêler le vrai du faux

Audio fil du mardi 20 août 2019
Un homme en tenue antiradiations.

La minisérie Tchernobyl (Chernobyl) a été produite par HBO.

Photo : HBO

Acclamée par la critique, la minisérie dramatique Chernobyl a néanmoins suscité de nombreuses critiques au sujet de la véracité de certains faits qui y sont rapportés, notamment en ce qui concerne les conséquences sur la santé de l'exposition aux radiations. Au micro de Matthieu Dugal, Greg Kennedy, chercheur en génie physique à Polytechnique Montréal maintenant à la retraite, nous aide à distinguer le vrai du faux dans la série télévisée diffusée sur la chaîne HBO le printemps dernier.

La série nous montre des victimes de la catastrophe, quelques heures après l’explosion, aux prises avec d’atroces brûlures. Est-ce que ce genre de blessures se produit réellement dans de telles circonstances?

« Ça n’arrive pas souvent, mais oui. Ce sont des radiations. C’est comme si vous étiez au salon de bronzage et, au lieu de rester 10 minutes, vous restez une semaine. Votre peau va être pas mal brûlée, et vous pouvez mourir. C’est la même chose. Dans les salons de bronzage, c’est des rayons ultraviolets. […] Avec le nucléaire, ce sont des rayons gamma. C’est la même chose, mais ils ont une plus haute énergie. Et si on en a une assez grande quantité, on peut devenir brûlé comme avec des rayons ultraviolets. »

Dans la série, on voit une femme enceinte rester au chevet de son mari pompier, qui a été sollicité pour éteindre l’incendie à la centrale de Tchernobyl. Est-il exact de dire qu’il est possible d'être contaminé par des radiations en étant à proximité d'une personne qui y a été exposée, comme le suggère la série?

« Tout est faux là-dedans. La femme enceinte n’est pas allée au réacteur de Tchernobyl. [...] Le mari qui était mourant n’était pas radioactif : il avait des cellules détruites par les radiations, mais lui-même n’était pas radioactif. Et il n’avait aucune radioactivité à transmettre à sa femme ou au fœtus. Donc, c’est complètement faux. La femme n’aurait pas pu recevoir des radiations de son mari qui était à l’hôpital. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi