Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du vendredi 22 février 2019

Pourquoi les odeurs font-elles surgir des souvenirs?

Publié le

Une femme souriante couchée dans le gazon en train de sentir des fleurs qu'elle tient dans sa main.
Certaines odeurs peuvent instantanément nous transporter en arrière, parfois de plusieurs années, et faire resurgir de vieux souvenirs.   Photo : iStock

Notre odorat est en contact avec des centaines de molécules odorantes par jour, mais, à l'occasion, l'une d'entre elles semble chatouiller notre mémoire et éveiller de vieux souvenirs. S'agit-il d'une simple impression ou d'un phénomène explicable? Johannes A. Frasnelli, professeur au Département d'anatomie de l'Université du Québec à Trois-Rivières et spécialiste de la question, nous explique que l'odorat et la mémoire sont intimement liés.

Pour comprendre le fonctionnement de la mémoire olfactive, il faut comprendre comment sont interprétées les odeurs dans notre cerveau.

« Ce qui se passe lorsque nous percevons des odeurs, c’est que des molécules volatiles provenant d’une source d’odeur à l’extérieur ou à l’intérieur de notre corps se rendent à l’épithélium olfactif, explique M. Frasnelli. Elle se situe à l’intérieur de la fosse nasale, dans la partie supérieure. [Cette muqueuse contient] des récepteurs, des cellules spécialisées dans la détection des odeurs. Les molécules entrent en contact avec ces récepteurs et envoient un signal vers le cerveau, dans les régions responsables du traitement des odeurs. »

Un repas typique de votre enfance, le parfum des fleurs d’une région du monde où vous avez voyagé ou la simple humidité d’un lieu où vous avez déjà vécu peuvent immédiatement vous ramener en arrière. Cela s’explique par une particularité propre au sens de l’odorat.

« Tous les autres sens comme la vue ou l’audition sont associés à des régions du cerveau spécialisées qui ne font rien d’autre que traiter l’information visuelle ou auditive, indique Johannes Frasnelli. L’odorat est différent. L’information olfactive est traitée dans la région du cerveau qui s’appelle le système limbique, qui est également responsable de la mémoire, de l’apprentissage, des émotions et de la récompense. Elle va directement stimuler ces régions. »

Les souvenirs réapparaissent donc parce que l’odeur est traitée dans la même zone qui est responsable de la formation de ces souvenirs.

Le lien entre l'odorat et l'Alzheimer

C’est d’ailleurs cette particularité qui a poussé M. Frasnelli à s’intéresser aux liens possibles entre l’odorat et certaines maladies neurodégénératives comme l’Alzheimer et la maladie de Parkinson.

« Ces deux maladies sont associées à un trouble de l’odorat, et l’apparition de ce trouble précède celle des autres symptômes d’à peu près 8 à 15 ans, explique M. Frasnelli. On aimerait utiliser cette information pour faire un dépistage précoce de ces maladies. Le problème, c’est que c’est très peu spécifique. On peut perdre l’odorat pour plein d’autres raisons. Ce que nous essayons de faire, c’est de trouver un marqueur spécifique. Ça nécessite encore de la recherche. »

Chargement en cours