Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du vendredi 25 janvier 2019

Les odeurs artificielles sont-elles dangereuses pour la santé?

Publié le

Gros plan sur des mains féminines appliquant un parfum.
Plus de 3000 molécules différentes peuvent être utilisées pour composer une fragrance.   Photo : iStock

De très nombreux produits cosmétiques et ménagers contiennent des fragrances, soit des mélanges de molécules odorantes dont la nature exacte n'est jamais spécifiée sur les emballages. Ces produits chimiques posent-ils un risque pour la santé? Isabelle Plante, professeure et chercheuse en toxicologie environnementale, croit que oui, à commencer par les perturbateurs endocriniens.

Afin de protéger le secret industriel, les entreprises qui conçoivent des odeurs artificielles ne sont pas tenues d’en dévoiler les ingrédients. Cela signifie que l’odeur de lavande d’un détergent à lessive peut contenir des dizaines de molécules différentes, dont certaines sont potentiellement toxiques.

Les plus préoccupantes de ces molécules sont les perturbateurs endocriniens, qui agissent de la même façon que les hormones sur le corps humain, en stimulant certaines fonctions de l’organisme. Cela peut dérégler le fonctionnement normal du corps et causer des réactions inattendues, comme des problèmes avec le système reproducteur ou encore le développement d’un cancer.

Peu d'études indépendantes

Bien que l’on connaisse les effets néfastes des perturbateurs endocriniens, encore très peu d’études ont pu les identifier avec précision et déterminer leurs risques exacts pour la santé. C’est la raison pour laquelle les industriels peuvent encore les utiliser dans les produits de consommation.

Il revient donc aux chercheurs indépendants comme Isabelle Plante de mener des études plus approfondies. Ces recherches peuvent cependant être longues, coûteuses et pas toujours concluantes puisque l’éthique scientifique ne permet pas d’administrer des substances potentiellement toxiques à des êtres humains sur de longues périodes pour en étudier les effets.

En l’absence de données suffisamment précises pour prendre des décisions éclairées, certains consommateurs pourraient être tentés de se tourner vers les produits naturels pour contourner le problème posé par les fragrances artificielles. Isabelle Plante conseille toutefois de rester prudent même avec les produits naturels puisqu’ils peuvent eux aussi contenir certains perturbateurs endocriniens.

La chercheuse a d’ailleurs elle-même choisi la prudence dans son quotidien en éliminant le plus possible le maquillage et en utilisant le moins possible de produits contenant des fragrances. Elle a également cessé d’utiliser des contenants et des emballages de plastique pour conserver ses aliments à la maison. Selon elle, ces contenants contaminent la nourriture de façon microscopique, ce qui peut avoir des effets néfastes pour la santé.

Chargement en cours