Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du vendredi 5 octobre 2018

Doit-on arrêter de voyager pour sauver la planète?

Publié le

Question environnement : Nos vacances sont-elles trop polluantes?
Photo : The Associated Press / Jeff Chiu

L'industrie du tourisme est responsable de 8 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Alors que la l'hémisphère nord a connu l'été le plus chaud de son histoire, les voyageurs devraient-ils arrêter de prendre des vacances pour sauver la Terre? Selon le chroniqueur Charles Prémont, il n'est pas encore nécessaire de s'abstenir, mais il faut y réfléchir.

En additionnant toute la chaîne de biens et services liés au tourisme, dont le transport, les événements, le magasinage, la nourriture et l’hébergement, des chercheurs ont déterminé que cette industrie produit annuellement 4,5 milliards de tonnes de gaz carbonique. Environ 12 % de ce chiffre serait attribuable au voyage par avion, l’un des moyens de transport les plus polluants de la planète.

Malgré ces conséquences déplorables pour l’environnement, le tourisme est tout de même essentiel à de nombreuses économies dans le monde. On estime qu’un emploi sur dix serait lié au tourisme sur la planète, ce qui génèrerait près de 10 % du PIB mondial.

Pour réduire leur empreinte environnementale tout en continuant de voyager, les vacanciers devraient donc modifier leur façon de voyager. Les voyages en avion et les croisières devraient tout particulièrement être réduits au minimum au profit d’alternatives plus vertes, comme les trajets en train ou en autocar électrique.

Les voyages locaux, dans votre propre province, sont aussi une avenue à privilégier. Les économies réalisées sur le transport pourraient d’ailleurs vous permettre de vous offrir des activités de luxe que votre budget ne vous aurait pas permis après l’achat d’un billet d’avion.

Chargement en cours