Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du vendredi 14 septembre 2018

Instagram uniformise-t-il l’art photographique?

Publié le

Un homme prend en photo le logo d'Instagram écrit en blanc sur un mur multicolore.
Le logo du réseau social de photos Instagram   Photo : Getty Images / AFP/Josh Edelson

Des photos prises dans les mêmes lieux, des sujets adoptant la même pose... et que dire des filtres? Instagram, puissant outil de création, sorte de galerie d'art personnelle, serait-il en réalité le plus grand uniformisateur d'art au monde? Le chroniqueur Fabien Loszach, docteur en sociologie et spécialiste des communications numériques, n'a pas pu s'empêcher de remarquer les similarités entre les photos qui apparaissent sur son fil Instagram cet été.

Entre les photos de cornets de crème glacée tenus à bout de bras, les perspectives sur une route déserte avec un sujet au milieu, et les clichés qui montrent le point de vue des vagabonds de la #vanlife, la formule Instagram est devenue incontournable. Un compte Instagram y est même consacré!

Cette formule peut se résumer en quelques points essentiels, selon Fabien Loszach.

Suggérer le naturel et l’authenticité

Les lieux sauvages, sans trace humaine, mais pourtant habités d’une forme de grâce sont particulièrement populaires.

Ils sont souvent accompagnés d’un mot-clic comme #bestmomentsinlife (#meilleursmomentsdanslavie) ou #lifestylegoals (#objectifdevie). Ces étiquettes suggèrent une certaine spontanéité, comme si l’environnement ou le sujet était au naturel, mais bien souvent, rien n’est moins vrai.

Le choix du lieu, l’habillement et les retouches sont tous soigneusement étudiés pour montrer une perfection. Les codes de la publicité sont recyclés, non pas pour vendre un produit, mais plutôt un mode de vie.

Cultiver une nostalgie du présent

Les fameux filtres Instagram, qui rappellent les vieux tirages papier, contribuent à un effet de raffinement. Dans un monde où tout semble de plus en plus éphémère, les vieux objets (même virtuels) ont quelque chose de rassurant.

Fabien Loszach illustre cela en citant le sociologue américain Nathan Jurgenson, qui dit que les adeptes des réseaux sociaux ont tendance à vouloir saisir le présent avec une sorte de recul pour éprouver dans le présent des sentiments et des impressions propres à la nostalgie.

Donner l’illusion du bon goût

Pierre Bourdieu disait de la photographie que c’était un art moyen, c’est-à-dire un art que les classes moyennes se sont approprié.

Sur Instagram, les novices et les professionnels se côtoient parfois sans distinction, les premiers étant aidés des filtres et de la qualité de l'appareil photo de leur téléphone pour élever leur niveau.

Contrairement à la peinture ou à la musique, qui nécessitent des années de pratique pour les maîtriser, la photo a une barrière à l’entrée beaucoup moins élevée. Avec le bon sujet et parfois un peu de chance, tout le monde peut s’improviser photographe… pour le plus grand bonheur des vacanciers sur Instagram.

Chargement en cours