•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

La vitesse à laquelle on marche serait guidée par des facteurs socioéconomiques

De nombreuses personnes marchent dans la rue d'une ville.

De nombreux chercheurs ont examiné au cours des dernières années la vitesse de marche de différentes populations urbaines de différents pays.

Photo : iStock

La morphologie de l'être humain et sa condition physique ne seraient pas les principaux facteurs qui influencent la vitesse à laquelle il marche; cette variable serait plutôt conditionnée par des facteurs socioéconomiques. C'est du moins ce qu'affirme l'ergothérapeute Pier-Luc Turcotte. Il cite à ce sujet quelques études qui ont suivi l'évolution de la vitesse de marche de personnes de différents pays. Dans certains cas, le PIB du pays d'origine des participants et la densité de la population locale étaient les deux plus grands facteurs liés à la vitesse de marche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi