•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Ce n’est pas l’âge qui tue ou affaiblit un arbre, mais sa taille

Un immense arbre déploie ses nombreuses branches.

Un arbre est capable, en théorie, de renaître continuellement à partir d’un bout de branche ou de racine.

Photo : iStock

« Oui, les arbres meurent de leur belle mort [...], mais ce n'est pas par vieillesse, parce que leurs cellules ne vieillissent pas. En fait, les arbres meurent par la perte graduelle de leur vigueur au fur et à mesure qu'ils augmentent en taille », affirme Christian Messier, professeur d'écologie forestière à l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et à l'Université du Québec en Outaouais (UQO). Celui-ci explique que les arbres, rendus à un certain stade de leur croissance, ne produisent pas assez de sucre par photosynthèse pour se maintenir en vie. « Ce qui tue un arbre naturellement, c'est son incapacité à arrêter de croître, pas son âge avancé! »

Les arbres ne meurent pas de vieillesse, mais de "grandesse"!

Christian Messier, professeur d'écologie forestière à l'UQAM et à l'OQU

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi