•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Le chant de la cigale, une affaire de chaleur et de gros muscles

Une cigale est posée sur une plante.

Les cigales sont diurnes et chantent lors de journées ensoleillées.

Photo : iStock

Si les cigales sont bruyantes pendant l'été au Québec, comme ça a été le cas jusqu'à maintenant, c'est en raison de la chaleur, certes, mais aussi parce qu'elles sont dotées d'une anatomie bien singulière qui s'active au-delà d'une certaine température. Voilà ce qu'explique la météorologue et journaliste scientifique Ève Christian, qui s'est entretenue avec deux experts entomologistes de l'Insectarium de Montréal. En fait, il faut un minimum d'environ 25 °C pour que les gros muscles abdominaux des cigales deviennent assez souples pour activer leurs cymbales.

Ève Christian souligne qu’en temps normal, il est plutôt rare d’entendre les cigales la nuit, à l’aube ou à l’aurore, car la température à ces moments de la journée ne dépasse généralement pas 25 °C.

La journaliste ajoute que ce sont exclusivement les mâles qui chantent. Ils le font généralement en groupe, ce qui fait que leur chant devient plus strident et perceptible pour les femelles se trouvant sur le même territoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi