•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vous pouvez mettre votre ordinateur au service de la recherche sur la COVID-19

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h et 2 h)

Vous pouvez mettre votre ordinateur au service de la recherche sur la COVID-19

Des mains sur un clavier d'ordinateur

Une personne manipule le clavier de son ordinateur.

Photo : iStock

Connaissez-vous Folding@Home? Il s'agit d'un programme de recherche médical mis sur pied il y a 20 ans par une équipe de l'Université Stanford, qui permet de relier des milliers d'ordinateurs de partout dans le monde pour créer une supermachine virtuelle capable d'accélérer la recherche sur l'alzheimer, la maladie de Parkinson, le cancer, et aujourd'hui, la COVID-19. La vulgarisatrice scientifique Viviane Lalande explique que ce programme mobilise maintenant 400 000 utilisateurs et utilisatrices, comparativement à 30 000 avant l'apparition de la pandémie.

En gros, Folding@Home met en commun les ressources informatiques de milliers d’ordinateurs personnels pour les fins de la recherche. Grâce à de nombreux calculs, le logiciel essaie de comprendre la structure du SRAS CoV-2.

Viviane Lalande souligne que la puissance de calcul de Folding@Home est deux fois supérieure à celle du plus gros supercalculateur au monde, les supercalculateurs étant d'énormes ordinateurs contenant une quantité phénoménale de processeurs et de cartes graphiques, c’est-à-dire les éléments qui permettent de faire des calculs.

Pour participer à la recherche sur la COVID-19, il suffit de télécharger l’application Folding@Home (Nouvelle fenêtre) sur votre ordinateur. Viviane Lalande assure qu’il s’agit d’une application fiable et sécuritaire. À aucun moment, Folding@Home n'accède à vos données personnelles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi