•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Virage vert : de grandes entreprises s’y mettent, et il faudrait peut-être les croire

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h et 2 h)

Virage vert : de grandes entreprises s’y mettent, et il faudrait peut-être les croire

Une carte du monde faite de végétaux illustrant le principe de l'écoblanchiment.

Un peu partout dans le monde, des entreprises veulent se donner une image écologique responsable à travers leurs produits.

Photo : iStock

« Jamais les grandes entreprises, qu'elles soient du secteur du pétrole, des nouvelles technologies, de l'agroalimentaire ou même de la mode, n'ont autant fait d'annonces et de promesses pour réduire leur empreinte environnementale », souligne Fabien Durif, directeur de l'Observatoire de la consommation responsable. Devant l'urgence climatique et la pression citoyenne, ces géantes, comme BlackRock, Procter & Gamble, le Groupe Bel ou IKEA, opèrent un changement de paradigme. Certes, il faut demeurer alerte quant à l'écoblanchiment des entreprises, mais il faut tout de même faire preuve d'une certaine indulgence à leur égard.

Ce qu’il faut prendre en considération – et c’est sûr que c’est difficile à dire aux citoyens –, c’est qu’il faut un peu laisser la chance aux organisations, parce que la réussite de la transition écologique, c’est que tout le monde se mette en action. [...] C’est sûr qu’il faut faire attention, il faut contrôler, il faut regarder ce que font les grandes entreprises, mais il faut aussi laisser un peu la chance à chacune d’entre elles.

Fabien Durif, directeur de l'Observatoire de la consommation responsable

À ce sujet, Fabien Durif note que les entreprises ne sont pas les seules à embrasser l'écoblanchiment, ce procédé de marketing qui aide les organisations à paraître plus écologiques qu'elles ne le sont en réalité.

Le directeur de l'Observatoire de la consommation responsable affirme que les citoyennes et citoyens, eux aussi, peuvent verser dans l’écoblanchiment. La population devrait se réserver la même promptitude lorsque vient le temps de critiquer le virage vert de certaines entreprises.

Vous aimez ce genre de contenu? Découvrez-en d'autres dans la section « Environnement » de notre site.

« En tant que consommatrices et consommateur, des fois, on se ment à soi-même. Il faut se le dire aussi. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi