•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h)

Les algues sauvages au Québec, un créneau au potentiel économique énorme

Des algues flottent dans le fond d'un plan d'eau.

Les eaux froides, cristallines et non polluées du Québec lui confèrent un avantage concurrentiel par rapport à d'autres producteurs d'algues comme la Chine.

Photo : iStock

La Belle Province pourrait devenir, au cours des prochaines années, un véritable eldorado mondial en matière de culture et de récolte d'algues sauvages. C'est du moins ce que plaide le journaliste et agronome Nicolas Mesly. Statistiques à l'appui, il explique que le Québec est en excellente position pour se tailler une place parmi les plus grands dans ce domaine.

Selon une étude sur le potentiel des algues québécoises réalisée en 2018 par le centre de recherche Merinov et l'organisme Gimxport, la biomasse d’algues au Québec se chiffre à 100 tonnes métriques par kilomètres de côte. Considérant le fait que la Belle Province dispose d'un littoral d’environ 6000 kilomètres, le potentiel de la biomasse d’algues québécoises est donc de 600 000 tonnes métriques.

Par ailleurs, un récent rapport de la firme MarketsandMarkets a établi que le marché des algues atteindrait plus de 17 milliards de dollars en 2021. Le document mentionne d’ailleurs que c’est l'Amérique du Nord qui vivra la croissance la plus élevée dans ce domaine.

Selon Nicolas Mesly, tant le Québec que le Canada auraient intérêt à développer cette économie bleue. Le journaliste et agronome croit qu’un modèle rentable d’algoculture au Québec passe notamment par une stratégie maritime bien définie de la part des pouvoirs en place.

Les consommatrices et consommateurs devront également encourager le développement de cette filière pour qu’elle prospère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi