•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les recycleurs informels, ces champions oubliés du recyclage mondial

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h et 2 h)

Les recycleurs informels, ces champions oubliés du recyclage mondial

Une personne au milieu de nombreux sacs d'ordures trie à mains nues les matières résiduelles.

Environ 1 % des populations urbaines dans les pays en développement font dans le recyclage informel, comme les zabbalines du Caire.

Photo : Radio-Canada / Pascal Michaud

« Ce sont des gens qui ont développé un tout autre paradigme par rapport aux déchets : pour eux, les ordures sont une ressource, quelque chose qui a une valeur », dit le journaliste Pascal Michaud, en parlant des millions de recycleurs informels qui œuvrent à la récupération des matières résiduelles dans les pays en développement. Ayant vécu trois semaines parmi les zabbalines, en Égypte, il explique que les sociétés occidentales auraient intérêt à s'inspirer davantage des recycleurs informels, qui obtiennent des taux de récupération à en faire rougir les pays riches.

« Au moment où les ressources de la planète s’épuisent et où les sociétés riches peinent à recycler efficacement leurs matières résiduelles, je pense qu’il est important de regarder ce qui se fait dans les pays du sud en matière de recyclage. Il y a là des initiatives parfois très inspirantes, qui méritent notre attention », explique Pascal Michaud.

Ce dernier a pu constater, en février 2019, l’efficacité des zabbalines en matière de recyclage. Vivant au Caire dans 6 bidonvilles, les 100 000 zabbalines de la mégalopole égyptienne arrivent, avec des moyens rudimentaires comparativement à ceux dont disposent les villes occidentales, à recycler de 80 % à 85 % des quelque 10 000 tonnes d’ordures qu’ils collectent chaque jour sur le pas de la porte des ménages. Dans les pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques, dont le Canada fait partie, le taux de recyclage des matières résiduelles atteint en moyenne 36 %.

C'est quoi, le recyclage informel?
Ce sont toutes les activités qui sont liées à la collecte, au tri, à la récupération et à la valorisation des matières résiduelles, et qui sont menées en dehors de la sphère publique. Bref, toutes les activités qui échappent au contrôle d’une autorité quelconque ou encore à la régulation de l’État.

Souvent organisés en microentreprises familiales, les recycleurs informels font la plupart du temps beaucoup mieux que leurs pouvoirs publics, qui sont souvent incapables de garantir un service efficace de collecte et de recyclage des ordures ménagères pour toutes sortes de raisons, notamment à cause de la taille gigantesque des villes et de l’urbanisation effrénée.

Un homme transporte sur son dos des matériaux recyclables destinés à la revente.

Un zabbaline du quartier de Manshyiat Nasser transporte sur son dos un immense sac contenant des matériaux recyclables destinés à un atelier de valorisation.

Photo : Radio-Canada / Pascal Michaud

Citant des statistiques des Nations unies, Pascal Michaud fait remarquer que de 15 à 20 millions de personnes travaillent chaque jour à la collecte, au tri, à la valorisation et à la revente des matières résiduelles.

Un sac de plastique fait de plusieurs morceaux de sacs à usage unique est suspendu.

Chez les zabbalines, le plastique des sacs à usage unique est réutilisé. Ici, des femmes ont confectionné un sac très résistant.

Photo : Radio-Canada / Pascal Michaud

Par opposition, l’industrie formelle du recyclage emploie 1,6 million de personnes dans le monde, selon le Bureau international du recyclage.

Un exploit environnemental

Certes, la très grande majorité des recycleurs informels vivent pauvrement et font souvent ce métier par nécessité.

En fait, plusieurs d'entre eux sont aux prises avec beaucoup de maladies en raison de la nature de leur travail et de la manipulation des déchets, qui se fait souvent à mains nues.

Par exemple, chez les zabbalines, 40 % des gens ont contracté l’hépatite C.

Il n’en demeure pas moins que les recycleurs informels accomplissent un véritable exploit environnemental, car ils détournent de l’enfouissement, de l’incinération et des dépotoirs des millions de tonnes de déchets chaque année.

En réalité, sans leur contribution, plusieurs grandes agglomérations croupiraient sous les ordures. C'est particulièrement vrai au Caire, où les zabbalines, mine de rien, délestent la mégalopole de 40 % des 23 000 tonnes de déchets qui y sont générées chaque jour.

C’est toute une armée de gens sur la planète qui œuvrent de façon souterraine au recyclage, et dont on n’entend jamais parler.

Pascal Michaud, journaliste
Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi