•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obésité : la génétique et l'exposition à la malbouffe en désavantagent plusieurs

Moteur de recherche

Avec Matthieu Dugal

Du lundi au jeudi de 19 h à 20 h
(en rediffusion le samedi à 1 h et 2 h)

Obésité : la génétique et l'exposition à la malbouffe en désavantagent plusieurs

Un homme obèse mesure son tour de taille.

L’activité et la restriction calorique peuvent aider à combattre le surpoids, mais la science montre que les gènes et les facteurs environnementaux jouent un très grand rôle dans l'obésité.

Photo : iStock

L'incapacité qu'ont certaines personnes obèses à perdre du poids n'est pas exclusivement de leur fait. Voilà ce qu'affirme Benoît Arsenault, chercheur à l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec. « Il y a une épidémie d'obésité, mais il n'y a pas une épidémie de manque de volonté », note le professeur agrégé à la Faculté de médecine de l'Université Laval. Selon lui, la prédisposition génétique et de nombreux facteurs environnementaux, comme l'exposition chronique à la malbouffe, nuisent considérablement à des millions de Québécoises et Québécois dans leur quête de perte de poids.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi