Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du mercredi 23 octobre 2019

Des microplastiques détectés dans la pluie et la neige

Publié le

Un garçon ouvre la bouche pendant qu'il pleut.
Qui n'a jamais ouvert la bouche pour goûter l'eau de pluie? Il appert que ce geste pourrait être néfaste pour la santé.   Photo : iStock

On savait déjà que les océans étaient pollués par une quantité incroyable de plastiques de toutes sortes, mais il appert que des microparticules de plastique se retrouvent également dans l'eau de pluie et la neige. C'est du moins ce qui ressort de quelques analyses récentes qui ont été menées par des scientifiques au Colorado, en Arctique, en Allemagne et en France. La journaliste scientifique Ève Christian fait le résumé de ces études pour le moins inquiétantes.

Du côté américain, ce sont des chercheurs de l'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS) qui ont révélé la présence de microplastiques dans l’eau de pluie. Ils ont constaté qu’environ 90 % des échantillons prélevés dans la région de Denver-Boulder contenaient des microplastiques.

Une autre analyse récente a été menée du côté des Pyrénées, en France. Deux chercheurs européens ont découvert dans la pluie et la neige un taux quotidien de 365 particules de microplastique par mètre carré, sous forme de fragments, de fibres et de pellicules.

D’autres chercheurs ont pour leur part découvert une abondance de minuscules particules de plastique dans la neige de l'Arctique et des Alpes bavaroises. C’est d’ailleurs dans ces montagnes qu’ils ont observé les concentrations de microplastiques les plus importantes, avec un échantillon contenant plus de 150 000 particules par litre.

Les microplastiques peuvent avoir des effets de perturbation endocrinienne. Ils peuvent agir à long terme sur le système de reproduction, sur les comportements et les hormones thyroïdiennes.

« Ça nous montre à quel point il y en a partout »

Pour illustrer à quel point les microplastiques sont présents dans la vie de tous les jours, Ève Christian a fait un petit test en studio à l’aide d’une lampe de poche à ultraviolets de 395 nanomètres.

En projetant le faisceau lumineux sur son pantalon noir, les invités ont pu constater la présence de petites taches blanches, qui sont des nanoparticules de plastique.

On aperçoit des microparticules de plastique sur le pantalon d'Ève Christian.
Les petites taches blanches sur le pantalon d'Ève Christian sont des microparticules de plastique. Photo : Radio-Canada/Pascal Michaud

Chargement en cours