Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du mardi 22 octobre 2019

Chasse : gare aux contaminants et métaux lourds dans votre gibier

Publié le

Un orignal est debout dans une forêt.
Un orignal se tient debout dans une forêt.   Photo : Radio-Canada

Cadmium, plomb, mercure : les chasseuses et chasseurs doivent faire preuve de vigilance lorsque revient le moment de leur loisir préféré. Guillaume Rivest, journaliste spécialisé en environnement, explique que certains contaminants et métaux lourds peuvent se retrouver dans la chair du gibier. Par exemple, les reins de certains orignaux en Abitibi-Témiscamingue contiennent d'impressionnantes quantités de cadmium, un métal lourd qui peut-être nocif pour la santé. « Ne consommez pas de reins d'orignaux chaque semaine, s'il vous plaît », lance-t-il.

Les adeptes de la chasse doivent notamment veiller à ne pas manger la chair qui se situe dans la zone où la balle de plomb s’est logée, car le plomb peut être nocif pour la santé.

Selon Guillaume Rivest, on doit aussi faire attention au mercure, qui peut se bioaccumuler dans les organismes vivants et ainsi entraîner une toxicité chez les espèces d'un ordre plus élevé, par exemple les poissons prédateurs.

Malgré ces quelques mises en garde, Guillaume Rivest se veut tout de même rassurant. « Je tiens à préciser que la viande de gibier reste de très bonne qualité pour la santé. Par exemple, la viande d’original possède beaucoup plus de fer qu’une viande plus courante. Elle est d’une excellente qualité en protéines, et elle a plus de vitamine B que beaucoup d’autres viandes », dit-il.

Généralement, si elle est prélevée de façon adéquate et responsable, la viande de chasse est beaucoup moins nocive, d’un point de vue environnemental, que celle en élevage intensif ou extensif.

Guillaume Rivest, journaliste spécialisé en environnement

Chargement en cours