Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L'animateur Mathieu Dugal
Audio fil du jeudi 10 octobre 2019

Réparer soi-même ses appareils au lieu de les jeter, plus facile qu’on le pense

Publié le

Un homme répare le disque dur de son ordinateur.
Selon Véronick Raymond et Frédéric Choinière, le fait de réparer des objets soi-même augmente le sentiment de confiance en soi.   Photo : iStock

Bien souvent, le réflexe des consommatrices et consommateurs, lorsqu'un de leurs appareils électroniques se brise, est de le jeter et de s'en procurer un nouveau. Or, il est possible, et même facile, de réparer soi-même de nombreux objets du quotidien. Voilà ce que plaident Véronick Raymond et Frédéric Choinière. Les deux notent que de nombreuses ressources existent pour celles et ceux qui ont la consommation responsable à cœur, qui en ont assez de l'obsolescence programmée et qui souhaitent passer du jetable au réutilisable.

« Le plus important dans cette démarche de réparation, c’est de changer notre relation [aux objets], et de renouveler un peu nos vœux d’engagement face au matériel autour de nous », affirme le chroniqueur Frédéric Choinière.

Véronick Raymond explique qu’il existe une multitude d’outils de nos jours sur la toile pour accompagner les personnes qui souhaiteraient réparer elles-mêmes un objet de leur vie de tous les jours. C’est le cas du site web iFixit, qui a d’ailleurs permis à la chroniqueuse de remplacer le disque dur de son ordinateur portable.

J’avais peur de briser les pièces moulées en plastique, mais sur iFixit, j’avais, photo par photo, l’endroit où mettre de la pression, et avec quel type de tournevis. Je l’ai fait tout doucement, tout s’est ouvert, et j’ai remplacé le disque dur. Et ç’a fonctionné sans problème.

Véronick Raymond, chroniqueuse en consommation

Il existe également des groupes d’entraide qui consacrent leurs activités à l’autoréparation. C’est le cas des Affûtés, à Montréal, un organisme à but non lucratif dédié à toutes les personnes qui veulent réparer leurs objets. Les Affûtés se veut une sorte d’atelier collaboratif où l’expertise et les compétences de certaines personnes peuvent contribuer à la réparation d’un appareil ou d’un objet.

Un peu partout au pays se tiennent également des Cafés de réparation (Repair café). Ce sont des ateliers communautaires où des bénévoles aident des gens en démontrant que certains objets sont très souvent réparables.

Il y en a vraiment dans presque toutes les provinces, et ça fonctionne. Il y a eu un événement à Moncton il y a quelques jours, et on a réussi à réparer 80 % des appareils qui ont été apportés.

Frédéric Choinière, chroniqueur en consommation

Chargement en cours